image

LE MANQUE D’ÉDUCATION FAIT LE LIT DES RÉSEAUX SOCIAUX

image

Avant eux, Assane Diouf a eu des abonnés à la pelle pour ses prime-time depuis les États-Unis qui disputaient d’ailleurs les heures Jt de 20h et talk-show des plus folles audiences. On connaît la suite... Mais il est clair qu’on ne peut épargner la société malade de ses repères. Bon, ce sont tout de même des hommes et des femmes qui font cette société. Ces insultes ne sont que le reflet de ce qui se passe dans les familles, dans la rue. Maintenant, il y a la rue virtuelle qui a pris le relais. Le scandale est dans le moyen de diffusion utilisé qui atteint les cibles, mêmes les moins concernées. Et quand on prend goût à cela, c’est qu’il faudra attendre encore pour décoller.

Le ratage a été dans l’éducation. Invité de Lr du temps sur iRadio en avril 2021, Alex Corenthin, maître de conférences de l’université Cheikh Anta Diop constatait qu’il y a, sur les réseaux, de mauvais influenceurs qui sont prêts à tout pour avoir le maximum de clics et de partages possibles. « Il faut que nous trouvions de good influenceurs et qu’on fasse la promotion de ces derniers pour recadrer les choses en insistant sur la formation et l’éthique », avait-il dit. Ajoutant que le plus fondamental, c’est l’éducation et la formation. « Au début de cet outil technologique, on en arrivait à former les gens parce que Internet était considéré comme une bibliothèque. Mais, pour le regretter, on a raté la formation quand on est passé au 2.0 sans avoir eu cette capacité de pouvoir en comprendre les tenants et les aboutissants. »

14 juin 2022

------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article