image

LE MARCHÉ SÉNÉGALAIS DE L’ASSURANCE TOTALISE UN CHIFFRE D’AFFAIRES DE 226 MILLIARDS DE FCFA EN 2021

image

Souleymane NIANE, Président de l’Association des Assureurs du Sénégal (AAS), et président du comité d’organisation de la 46e assemblée générale de la FANAF, a soutenu, ce lundi à Dakar, que la FANAF, cadre de coopération et d’échanges entre dirigeants d’entreprises d’assurances, qui nous vaut l’honneur d’être réunis aujourd’hui a joué sa partition et de fort belle manière dans la promotion de l’industrie des assurances et de la réassurance africaines. « Avec la FANAF, j’ai l’intime conviction que nous laisserons demain aux héritiers un legs massif à la maturité établie, un bel outil panafricain. Le Sénégal, chers collègues, qui a l’honneur d’abriter la 46ème Assemblée générale de notre organisation commune, vous renouvelle sa disponibilité à toujours œuvrer au renforcement de nos liens et à l’atteinte de nos nobles objectifs.
Monsieur le ministre des Finances et du Budget, Mesdames Messieurs,
Notre pays, le Sénégal, a cette tradition de recevoir tous les dix (10) ans ce rendez- vous annuel de l’assurance africaine.
C’est à ce titre que les membres de notre Fédération lui ont renouvelé leur confiance pour accueillir, en février 2021, la présente manifestation, après les précédentes rencontres de 2001 et 2011 tenues à Dakar », a-t-il dit.
Malheureusement, regrette-t-il, la crise sanitaire de Covid-19 est survenue, confirmant ce vieil adage selon lequel « l’homme propose et Dieu dispose ».
« Nous voulions donc nous réunir à Dakar en février 2021, pour rester dans cette tradition désormais établie, mais le sort en a décidé autrement, avec de l’inattendu sous la forme d’une pandémie qui a bouleversé notre quotidien, déjoué nos programmes, nous réduisant à des spectateurs médusés, sidérés devant le virus. C’est l’occasion, pour nous qui avons la chance d’être présents à ce rendez-vous de la FANAF, de rendre un hommage appuyé à ces acteurs de l’assurance africaine emportés par le Covid-19 et de prier pour le repos de leur âme », a-t-il déclaré. Avant de continuer : « Cependant, malgré la perte de ces illustres collègues dont nous saluons la mémoire, ce serait aussi un impair de taille que de mettre sous le boisseau la contribution immense de certaines personnalités dans le microcosme de l’assurance et qui sont encore là parmi nous. Permettez-moi de leur exprimer, en votre nom, notre gratitude, notre plus profond respect et de leur adresser des remerciements mérités pour leur contribution à l’avènement de la FANAF ».

Le président du comité d’organisation a saisi l’occasion pour remercier le président Macky SALL dont le leadership sur le continent, et même au- delà, n’est plus à démontrer. « Nous saluons sa vision, son engagement pour l’Afrique et pour la Nation à l’aune des projets, des réalisations qui foisonnent aux quatre coins du pays et qui démontrent à suffisance que nous sommes, à l’image du TER, sur les rails de l’émergence.
Qu’il soit rassuré qu’il peut compter sur les assureurs sénégalais mais aussi africains, lui le Président en exercice de l’Union africaine », a indiqué M. NIANE. Parlant du thème central qui est d’actualité puisque portant sur « Risques systémiques : Assurances et Résilience », il a dit que sans anticiper sur la richesse de nos réflexions à venir, « je voudrais insister sur le bouleversement né de la crise sanitaire de Covid 19, qui devrait nous alerter sur les risques futurs auxquels notre monde pourrait faire face. Je nourris l’espoir qu’à la fin de notre Assemblée, après ces trois jours d’intenses échanges, nous arrivions à des résolutions qui favorisent une assurance africaine porteuse de croissance, mais aussi facteur de résilience dans un contexte d’émergence de risques sanitaires et de catastrophes naturelles liés notamment aux changements climatiques ».

Par ailleurs, la découverte d’importantes réserves de pétrole et de gaz, ajoutée à l’important potentiel minier et agricole de notre pays consacrera, à n’en point douter, la transformation structurelle de notre économie. Elle suscite un légitime espoir en des lendemains meilleurs que nous, assureurs, devons accompagner à un double niveau : Par notre expertise dans l’accompagnement des projets et leur sécurisation par une politique hardie de prévention, de mitigation et d’élimination des risques les plus significatifs, Par la participation au financement des entreprises et des projets structurants de l’Etat.

« Notre secteur des assurance, très organisée, professionnelle et dynamique, souvent pionnière en Afrique, pour avoir initié de longue date des structures qui inspirent toujours nos voisins, comme : la Société Sénégalaise de Réassurance (SENRE), le Pool d’Assurance Maritime Corps de navires (Pool AMCO), le Fonds de Garantie Automobile, le Pool d’Assurance des Véhicules de Transport Public de Voyageurs (Pool TPV), le Pool d’Assurances des Risques Pétroliers et Gaziers, la compagnie Nationale d’Assurance Agricole du Sénégal (CNAAS), la Société Nationale d’Assurance-Crédit et Caution (SONAC), la Prévention Routière Sénégalaise, le Constat Amiable Assisté (Taxawuleen), met à votre disposition, son expertise, ses services et son expérience », a-t-il dit. Avant de poursuivre : « Troisième marché de la zone CIMA derrière la Côte d’Ivoire et le Cameroun, bientôt 2ième si la dynamique se poursuit, le marché sénégalais de l’assurance compte 28 compagnies dont dix-neuf (19) en assurances dommages et neuf (9) en assurances vie et totalise un chiffre d’affaires de 226 milliards de Fcfa en 2021 FCFA, 97,4 milliards de Fcfa de prestations de sinistres et plus de 400 milliards de Fcfa d’investissements dans l’économie.
Nous sommes persuadés que dans la trajectoire irréversible vers l’émergence à l’horizon 2035, impulsée à notre pays, une place de choix nous sera réservée à la consolidation de l’assurance et du cadre fiscal qui permettra de renforcer l’arrimage sans heurt de nos entreprises à la mouvance de l’économie et de la finance mondiale ».

Cheikh Moussa SARR

Abdoulaye SYLLA (Photo)

23 mai 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article