LE MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION ACTIVE LA COMMISSION DES DONNÉES PERSONNELLES

news-details
PAGES FLASHS CAS

Le ministère de l’Education nationale veut mettre fin à la nouvelle tendance des élèves dénommée « Flash Cas ». Il s’agit de pages qui sont créées sur les réseaux sociaux pour porter atteinte à la dignité et à l’honneur de certains élèves et enseignants en publiant leurs photos accompagnées de prétendues révélations sur leurs vies privées.

Pour éviter que ce phénomène ne prenne une ampleur et entraîne des conséquences négatives dans la vie des élèves, le ministère de l’Education nationale menace de sévir. « Il nous a été donné de constater des agissements déplorables sur Instagram consistant en la création de groupes appelés « Flash-cas ’’. De tels faits constitutifs de divulgation des données personnelles portent atteinte à l’image, à l’honneur et à la dignité de personnes qui en sont victimes », a prévenu le ministère de l’Education nationale dans un communiqué.

Mieux, le Ministère de l’Education nationale et la Commission de Protection des Données personnelles rappellent aux élèves que de tels faits contraires à la loi et aux bonnes mœurs sont punissables. « En effet, la divulgation de données personnelles ayant pour effet de porter atteinte à l’intimité de la vie privée d’autrui, est sanctionnée par les dispositions de l’article 363 bis du Code pénal. Par ailleurs, le traitement des données personnelles est encadré par la loi 2008-12 du 25 janvier 2008 portant protection des données à caractère personnel au Sénégal et les articles 431-14 et suivants du Code pénal », lit-on dans le document de presse.

En effet, le Ministère de l’Education nationale entend faire appliquer les sanctions disciplinaires, sans préjudice des poursuites pénales prévues par la loi. « La Commission de Protection des Données personnelles va continuer à assurer la protection de la vie privée et des données personnelles des jeunes, particulièrement les victimes de ce phénomène. Une demande formelle de suppression des pages « Flash-cas » va être envoyée à Facebook avec un signalement préventif pour bloquer ce genre de publications impliquant des élèves », ajoute-t-on dans le document.

Les équipes du Ministère de l’Education nationale et de la Commission de Protection des Données Personnelles se disent mettre à la disposition de toute personne victime de ces publications pour l’exercice des voies de recours, conformément à la réglementation en vigueur.

Vous pouvez réagir à cet article