image

LE MOT D’ORDRE DU SUDES

image

Les syndicats grévistes réclament du gouvernement l’application du protocole d’accord signé par les deux parties, en 2018, lequel porte principalement sur l’amélioration de la rémunération des enseignants, à travers le relèvement du montant de plusieurs indemnités (logement, indemnité d’enseignement ou de contrôle et d’encadrement). C’est pour cette raison que l’école sénégalaise est paralysée depuis plusieurs semaines. Les négociations engagées en ce sens n’ont toujours pas abouti à grand-chose. C’est sur ces entrefaites que le Syndicat unique des enseignants du Sénégal (SUDES) recommande fortement l’unité et la cohésion dans les rangs des syndicalistes, pour une issue victorieuse de leurs revendications.

Ce, en suivant une vision systémique des problèmes et de leurs solutions qui ne traiteraient pas maîtres et professeurs contractuels en parents pauvres du système. « Pour l’indispensable révision du système indemnitaire de la Fonction publique, frappée depuis 2006, du sceau de l’iniquité et de l’injustice à l’égard des enseignants, le mouvement syndical du secteur de l’éducation est présentement engagé dans ce qu’il faut appeler la « mère des batailles », a écrit le SUDES dans un document parvenu à notre rédaction.

Le SUDES de poursuivre : « l’issue victorieuse de ce qui paraît être « l’assaut final » au bénéfice de tous les enseignants, réside dans l’unité d’action sur le terrain et autour de la table de négociation où en plus, l’expertise et la lucidité sont de mise ». « A cet égard, ajoute le document, notre syndicat recommande fortement à tous, particulièrement aux responsables syndicaux, l’unité et la cohésion par respect pour les principes fondamentaux de solidarité, d’équité et de justice qui sont le socle du syndicalisme ».

Toutefois, le SUDES met ainsi en garde le gouvernement contre toute tentation de faire fi du principe sacro-saint de l’équité en matière d’allocations indemnitaires dans le traitement salarial des différents corps de l’enseignement. Il estime que l’approche des problèmes et de leurs solutions avec une vision systémique voire holistique est une exigence pour bien faire dans le système éducatif. « Dans ce cadre, il ne faudra pas oublier ou traiter en parents pauvres les MC et les PC, maîtres et professeurs contractuels qui sont certes des corps transitoires mais à cause des lenteurs administratives, ils demeurent longtemps plus que de raison », insiste le document. Avant de préciser que tout manquement au respect des nécessaires équilibres entre les corps par la rationalisation des écarts, ne pourra que provoquer et entretenir de profondes frustrations qui seront sans doute, la sève nourricière de futures perturbations à court ou moyen terme.

Cheikh Moussa SARR

23 février 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article