LE MOTEUR DE LA PIROGUE CHANGÉ APRÈS L’ALERTE D’UN TWITTO, SELON LE MINISTRE DE L’ENVIRONNEMENT

news-details
DRAME DES ÎLES DE LA MADELEINE

En conférence de presse ce jeudi, le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Abdou Karim Sall est revenu sur l’état de l’embarcation qui a chaviré au large desîles de la Madeleine, soutenant que le moteur était « neuf ». Une mesure prise suite, dit-il, à un tweet datant de 2018, pointant des défaillances de moteur. « La pirogue en question qui était partie chercher les touristes avait un moteur neuf parce qu’acheté en janvier dernier. C’est un moteur de 40 chevaux. Donc, la question de l’alerte a été soldée », s’est-il ainsi justifié.

Par ailleurs, l’autorité de tutelle a réaffirmé qu’à côté d’une enquête judiciaire, une autre administrative sera menée. Il explique que « cette enquête permettra de déterminer la responsabilité des uns et des autres notamment, en ce qui concerne les questions de disponibilité du gilet de sauvetage ». Cela, suite au chavirement de pirogue, faisant quatre (4) morts, dans la nuit du lundi 16 au mardi 17 septembre, au parc national des Îles de la Madeleine.

S’agissant des sanctions annoncées, il élude, toutefois, la question posée par un journaliste, tout en reconnaissant, par ailleurs, un problème d’accès au site. Abdou Karim Sall avoue également que les difficultés liées à l’absence de quai d’accostage au niveau de l’île. Là, il a fallu l’intervention de la marine nationale. Un manquement qui a retardé les opérations de secours puisque selon des informations recueillies par Emedia.sn auprès de rescapés, ils ne voulaient pas monter dans des pirogues suite à la psychose créée par le naufrage de leur embarcation.

Le ministre ne dit pas le contraire : « Parfois, ça rend les choses difficiles quand il s’agit d’intervenir. C’est vrai qu’il est beaucoup plus facile d’intervenir avec les pirogues qui peuvent se mouvoir entre les rochers que des embarcations beaucoup plus volumineuses pour accoster sur île », explique-t-il. Selon le bilan officiel, le naufrage a fait 41 victimes dont quatre morts, tous des Sénégalais, et 37 rescapés. Outre la fermeture du site jusqu’à nouvel ordre, d’autres mesures sont annoncées. Dans ce sillage, le ministre a annoncé une visite sur le site.

Vous pouvez réagir à cet article