image

LE MOUVEMENT AM-FIT DONNE SA RECETTE

image

Les perspectives économiques en Afrique ne sont pas rassurantes. Les effets persistants de la pandémie de la guerre en Ukraine compromettent le rebond économique de l’Afrique, le Sénégal en particulier.

Beaucoup d’institutions internationales sonnent l’alerte. La Banque mondiale (Bm), le PAM et la FAO président ‘’ la catastrophe humaine’’ qui se profile à l’horizon à court terme. En conférence de presse, l’Alliance des mouvements pour la Force et l’intensité du Travail (AM – FIT) renseigne que « cette famine ne résulterait pas d’une calamité naturelle comme en 1973 ».

Face à cette situation, AM – FIT donne sa recette. Le mouvement, dirigé par l’ancien Directeur de l’Onfp (Office nationale de formation professionnelle), Sanoussi Diakité, exhorte le « Gouvernement à mettre en œuvre, sans délai, un programme spécial de réserve alimentaire » dès cette campagne agricole. En termes clairs, M. Diakité et ses camarades estiment que « le Sénégal pourrait ne pas pouvoir importer les 978 000 tonnes de riz dont il a besoin en moyenne par an, ni les 600 à 700 mille tonnes de blé qu’il consomme chaque année ». La recette, selon eux, c’est le programme spécial de réserves alimentaires « qui consisterait à organiser dans chaque village ou groupe de villages un champ collectif de production de céréales pour alimenter un grenier sécuritaire et préventif placé sous la responsabilité du chef de village ».

Pour le financement d’un tel programme, il faut nécessairement de l’argent. Mais, avec un prélèvement de 70 milliards de budget dégagé pour la campagne agricole 2022 – 2023, sur les fonds de la DER F / J ou sur les 150 milliards annuels du programme d’urgence pour l’emploi ses jeunes, le problème serait réglé.

Babacar FALL

27 mai 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article