LE PERSONNEL DE SHELL A ORCHESTRÉ DES MARÉES NOIRES POUR SON PROPRE PROFIT

news-details
Nigéria

Les employés de la coentreprise nigériane de Royal Dutch Shell ont orchestré les dommages causés aux oléoducs pour profiter de l’argent dépensé pour les opérations de nettoyage, a rapporté jeudi l’émission télévisée d’enquête néerlandaise Zembla.

Les employés de la Shell Petroleum Development Company of Nigeria (SPDC) ont recruté des jeunes locaux pour saboter les pipelines, puis les ont réembauchés en tant que travailleurs pour nettoyer le désordre, selon le rapport, citant des recherches du groupe environnemental néerlandais Milieudefensie.

Le SPDC de Shell a déclaré qu’il enquêtait sur tous les rapports crédibles d’inconduite et prend des mesures si nécessaire.

« Pour l’instant, nous n’avons connaissance d’aucun membre du personnel ou sous-traitant ayant été impliqué dans des actes provoquant des déversements d’hydrocarbures dans le delta du Niger », a-t-il déclaré dans une réaction envoyée à Reuters via le siège social néerlandais de Shell.

Le ministère néerlandais des Affaires étrangères n’a pas répondu à une demande de commentaires.

Les responsables de Shell et l’ambassadeur des Pays-Bas au Nigéria ont été mis au courant de la question par les dirigeants locaux en 2018, mais n’ont pas donné suite à ces avertissements, a déclaré Zembla.

Milieudefensie a déclaré jeudi dans un communiqué que ses recherches étaient centrées sur le village d’Ikarama, où il a déclaré qu’il y avait eu 30 déversements au cours des 13 dernières années. « La majorité des fuites à Ikarama étaient le résultat d’instructions données par les employés de Shell Nigeria », a-t-il déclaré.

Les bénéfices réalisés sur les opérations de nettoyage ont été répartis entre les employés du SPDC et les jeunes, a déclaré Zembla, citant des déclarations fournies à la police et au Conseil nigérian de la jeunesse d’Ikarama par des témoins et des personnes qui ont déclaré qu’eux-mêmes ou des membres de leur famille avaient participé.

Le programme n’a fourni aucun chiffre sur les bénéfices qui auraient été réalisés.

Le sabotage des pipelines est une source majeure de pollution dans le delta du Niger.

En 2019, la filiale onshore nigériane de Royal Dutch Shell a déclaré avoir constaté une augmentation de 41% du nombre de déversements de pétrole brut causés par le vol ou le sabotage d’un pipeline.

Sur un total de 164 déversements de SPDC de plus de 100 kilogrammes dans le delta, 157 étaient dus au vol et au sabotage, a déclaré Shell.

SPDC est une joint-venture de la Nigerian National Petroleum Corporation (NNPC), qui détient 55% du capital, Shell, son opérateur, avec 30%, le français Total avec 10% et l’italien Eni avec 5%.

Elle produit environ 1 million de barils de pétrole par jour et exploite plus de 6 000 kilomètres de pipelines dans le delta.

Vous pouvez réagir à cet article