image

LE POINT DE LA CENA À MI-JOURNÉE

image

Le Président de la CENA, M. Doudou Ndir, a fait face à la presse, ce jour du scrutin, pour faire le bilan de la mi-journée. A la tête d’une délégation comprenant notamment Me Papa Sambaré Diop, Vice-président de la CENA et superviseur des CEDA de la région de Dakar, M. Doudou Ndir a commencé par exposer ce qu’il a vu dans les centres de vote de Keur Massar et de Rufisque. "Ce que j’ai vu sur le terrain c’est un déroulement normal d’un scrutin, un jour spécial. Parce que c’est un jour dédié aux choix des conseillers départementaux et municipaux. Et ceux qui sont inscrits sur les listes électorales pourront aller voter normalement en ce jour", a-t-il.

Il ajoute : "je viens d’effectuer avec mes plus proches collaborateurs certains lieux de vote. On a commencé d’abord par Keur Massar où on a visité quelques bureaux de vote. Lors de cette visite, nous avons constaté d’abord un engouement populaire. Nous avons noté que les sénégalais vaquaient à leurs préoccupations citoyennes qui consistaient à entrer dans un bureau de vote, choisir des bulletins et choisir des coalitions. Et, ils l’ont fait dans des conditions qui nous paraissaient paisibles. Nous avions pensé qu’il s’agit là d’un exemple qui se perpétuera tout au long de la journée. Le premier signe perceptible c’est que les sénégalais votent paisiblement. C’est ce que nous avons constaté à Keur Massar. Nous avons poursuivi notre pérégrination qui nous a conduits à Rufisque où l’on a constaté la même ambiance. Tout se passe dans le calme et dans la sérénité".

Interrogé sur les incidents notés ça et là, il s’est d’abord demandé si cette situation a une très grande ampleur ?" Si nous sommes informés d’une telle situation, il n’est pas tard d’alerter le ministère de l’Intérieur, la direction générale des élections pour que des bulletins de vote manquant puissent être mis là où il y’a eu des responsables politiques qui ont estimé qu’ils avaient le droit de conquérir des suffrages. Une fois qu’ils sont investis et qu’ils sont sur la liste il faut nécessairement qu’on leur mette des bulletins de vote", a-t-il répondu.

Par ailleurs, il a affirmé que le principe c’est quand il y’a des bureaux de vote qui, à l’heure de la fermeture enregistre encore des électeurs qui sont dans les rangs et munis de leurs cartes et qui sont inscrits sur les listes, on leur donne l’occasion en prolongeant l’heure de la fermeture.

A la question de savoir quel a été le taux de participation dans ces centres de vote, il a indiqué qu’à 10 heures on était entre 13 et 14%. Mais, informe-t-il, il y’a eu un regroupement de personnes constaté. "Rufisque est une particularité comme l’est Thiès parce qu’il y’a trois votes qui se font. Mais, nous avons pu trouver une solution avec l’autorité pour aménager le mode de vote pour que ça aille plus vite", a-t-il déclaré. Avant de poursuivre : "en cette mi-journée, nous avons des statistiques qui indiquent que le taux de participation est à peu près de 90% dans ces centres".

Cheikh Moussa SARR

23 janvier 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article