LE PREMIER MINISTRE ÉTHIOPIEN ABIY AHMAD, PRIX NOBEL DE LA PAIX 2019 !

news-details
INTERNATIONAL

Deux à la suite pour le continent africain ! Après le gynécologue congolais Denis Mukwege, sacré l’année dernière conjointement avec la militante irakienne Nadia Mourad, un autre Africain vient d’être nommé Prix Nobel de la Paix, ce vendredi, 11 octobre 2019, à Oslo, en Norvège. Il s’agit du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmad, 43 ans, qui remporte ainsi, seul, le prestigieux Nobel, devant des concurrents qui avaient beaucoup d’arguments à revendre comme la très jeune (16 ans) militante écologiste Greta Thunberg.

Si le docteur Mukwege avait été récompensé l’année dernière pour son combat contre les violences sexuelles, Abiy Ahmad lui a été choisi « pour ses efforts en faveur de la paix et de la coopération internationale, en particulier pour son initiative déterminante visant à résoudre le conflit frontalier avec l’Érythrée », a déclaré Berit Reiss-Andersen, présidente du comité norvégien du prix Nobel.

En remportant seul le Prix Nobel, le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmad recevra un chèque de 830 000 euros (environ 550 millions F CFA), ainsi qu’une médaille d’or et un diplôme, en guise de gratification. Comme de coutume, il recevra son prix le 10 décembre prochain, date anniversaire du décès du fondateur du prix Nobel, l’industriel et philanthrope suédois Alfred Nobel (1833-1896).

Le Prix Nobel de la Paix récompense, chaque année depuis 1895, « la personnalité ou la communauté ayant le plus ou le mieux contribué au rapprochement des peuples, à la suppression ou à la réduction des armées permanentes, à la réunion et à la propagation des progrès pour la paix » selon les volontés, définies par le testament, d’Alfred Nobel.

Plusieurs candidatures avaient été proposées cette année, dont celle du très controversé Donald Trump, le fantasque président des Etats-Unis qui, naturellement n’avaient quasiment aucune chance d’être sacré.

En plus de celui de la Paix, d’autres prix Nobel ont été également décernés cette semaine, comme celui de la Médecine, qui est allée lundi aux Américains William Kaelin et Gregg Semenza, et au Britannique Peter Ratcliffe, auteurs de découvertes sur l’adaptation des cellules au manque d’oxygène qui ouvrent des perspectives prometteuses dans le traitement du cancer et de l’anémie.
L’Autrichien Peter Handke, célèbre pour ses positions pro-serbes pendant la guerre en ex-Yougoslavie, succède à la Polonaise Olga Tokarczuk pour le prix Nobel de la Littérature 2019, tandis que le Canadien James Peebles, auteur de travaux sur les origines de l’univers, et le duo suisse Didier Queloz - Michel Mayor, qui a révélé l’existence d’une planète en dehors du système solaire, ont remporté celui de Physique.

Le trio John Goodenough (Etats-Unis), Stanley Whittingham (Grande-Bretagne) et Akira Yoshino (Japon), venu de trois continents différents, a été récompensé du Prix Nobel de la Chimie, pour avoir mis à disposition de l’humanité les batteries Lithium-ion, utilisées aujourd’hui dans la vie de tous les jours. Enfin, le dernier Nobel qui sera attribué lundi prochain, sera d’Economie.

En dehors du Prix Nobel de la Paix, décerné à Oslo, en Norvège, par un comité nommé par le Parlement, tous les autres sont décernés à Stockholm, en Suède, par l’Institution académique suédoise de la discipline concernée. Cette distinction s’explique par le fait qu’au moment de la création de ces prestigieuses récompenses, la Suède et la Norvège relevaient de la même couronne. La séparation survenue en 1905 a ainsi conduit à l’arrangement qui perdure.

Vous pouvez réagir à cet article