LE PRIVÉ CATHOLIQUE MET LA PRESSION SUR L’ETAT

news-details
PAIEMENT DE LA SUBVENTION ANNUELLE

Les syndicats de l’enseignement privé catholique réclament le paiement de la subvention annuelle que l’Etat verse aux établissements concernés, qu’ils tardent à recevoir. Selon le Secrétaire administratif du Syndicat national des écoles catholiques du Sénégal (SNECS), affilié à l’Union nationale des syndicats autonomes du Sénégal (UNSAS), François-Xavier Sarr, repris par l’APS, l’Etat doit trouver « une solution immédiate et pérenne » à cette situation. Dans la mesure où, disent les syndicalistes, cette situation constitue « une menace » pour leur bon fonctionnement.

L’appel a été lancé aux pouvoirs publics, jeudi dernier à Mbour, au terme de leur réunion annuelle avec la Coordination nationale des directeurs diocésains en charge de l’enseignement privé catholique, pour discuter des questions relatives à ce secteur d’activité.

« La subvention reste insuffisante vu le nombre toujours croissant des écoles reconnues et donc ayant droit à la subvention de l’Etat ». Il s’y ajoute que « cette subvention n’est pas encore versée, à deux mois de la fin de l’année budgétaire », ont-ils déploré par la voix de l’un de leurs porte-parole, François-Xavier Sarr.

Les écoles privées ne perçoivent pas d’écolages pendant les vacances scolaires, mais sont obligées de payer les salaires. Une situation qui, selon M. Sarr, « menace la survie de bon nombre d’établissements scolaires privés et, conséquemment, précarise l’emploi de milliers d’enseignants dont les salaires ne seraient plus payés régulièrement si l’Etat ne versait pas les subventions".

Ils interpellent le Premier ministre, Mahammed Boun Abdallah Dionne, pour que le dossier soit diligenté. « Nous nous réservons le droit d’user de tous les moyens légaux pour le respect des dispositions légales et réglementaires prévues pour le versement de cette subvention qui, chaque année, était versée au mois de mai", a déclaré Marie-Yvette Keïta Diop, autre responsable syndicaliste.

Vous pouvez réagir à cet article