LE PROCÈS DE ASSANE DIOUF CONTRE L’ETAT REPOUSSÉ

news-details
CEDEAO

Le procès de l’Etat du Sénégal contre Assane Diouf n’aura plus lieu le 12 décembre. Alors que les parties adverses étaient déjà convoquées pour débattre devant les juges de la Cour de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), hier la juridiction sous régionale a envoyé une lettre à la défense de Assane Diouf pour l’informer du report de l’audience. Motif invoqué : l’Etat a demandé trente jours pour répliquer aux écritures de la défense. Laquelle partie soupçonne le camp adverse de « l’avoir fait à dessein ».

« Pour débattre sur l’urgence simplement, ils veulent trente jours. En fait, la vérité, c’est qu’entre-temps, ils veulent juger notre client. Pourtant, c’est ce que nous leur avons toujours demandé mais ils ont refusé. Comme ils ne veulent rien entendre, je suis allé me plaindre ailleurs », peste Me Ciré Clédor Ly. L’avocat avait saisi la CEDEAO pour une procédure en référé et une autre devant le juge du fond mais la CEDEAO n’a pas statué en référé, puisqu’elle devait le faire dans les 48 heures, c’est donc devant le juge du fond qu’elle a décidé de statuer ».

En détention depuis plus d’un an, pour injures publiques et outrage à un ministre du culte suite à des propos virulents contre Serigne Bass Abdou Khadre, porte-parole du Khalife général des mourides, Assane Diouf sera jugé le 26 décembre prochain devant la troisième chambre correctionnelle, au Sénégal.

Vous pouvez réagir à cet article