LE PROJET D’INSTITUT D’EGYPTOLOGIE RANGÉ AUX OUBLIETTES

news-details
HOMMAGE À CHEIKH ANTA DIOP

Un projet d’érection d’un institut d’Egyptologie dort dans le circuit administratif depuis plus d’une décennie. C’est une révélation du Professeur d’Histoire à la retraite, Aboubacry Moussa Lam, invité de la Matinale d’iRadio. Selon l’historien, la réalisation de ce projet serait, non seulement, un hommage à Cheikh Anta Diop, mais aussi, un très grand apport à l’histoire de l’Homme noir. « Le projet de création d’un institut d’égyptologie est très vieux. Si mes souvenirs sont bons, c’est avant 2010 que l’Assemblée de l’université s’est prononcée sur un projet de texte organisant sa création », se rappelle-t-il.

Selon les explications de Pr Lam, en 2016, le président avait donné des instructions allant dans le sens d’étudier la proposition des disciples de Cheikh Anta Diop que sont les historiens de l’Ucad. Selon Pr Lam, à l’époque, le chef de l’Etat avait demandé que le projet d’architecture de l’institut soit étudié par la direction de l’architecture de la présidence. « Il faut garder espoir que l’institut sera érigé. Il est vital pour nous. Cheikh Anta Diop, parrain de l’université, disait que la conscience historique est à la base de l’Homme. Un homme qui n’a pas de conscience historique est comme un animal. L’Egypte ancienne, c’est notre passé le plus lointain. On a besoin de cet institut pour avoir une vue sur notre passé. C’est une sorte de rétroviseur pour nous. Si vous ne savez pas d’où vous vous venez, il vous sera difficile de vous orienter pour faire votre futur », pense-t-il.

Vous pouvez réagir à cet article