image

« LE PS A DÉTRUIT LE CHEMIN DE FER »

image

Aminata Mbengue Ndiaye, Secrétaire général par intérim du Parti socialiste (PS), et ses camarades apprécieront. L’état du chemin de fer sénégalais cause un inconfort thoracique chez Thierno Lô, Président du Conseil d’administration de la Société nationale de gestion du patrimoine du Train Express régional » (SEN-TER SA), contrôlant « tout ce qu’il y a trait à ce projet » c’est-à-dire « toutes les gares qui sont traversées, le Ter lui-même, tout ce qu’il y a au niveau des opérations de maintenance et l’exploitation. »

« Comment un pays en développement peut se permettre de détruire son axe ferroviaire ? »

« Une chose m’avait complètement écœurée, a-t-il rembobiné, invité du Jury du dimanche (JDD), ce 16 octobre, sur Iradio. En ce moment, j’étais ministre Conseiller du président Wade. J’étais à la présidence de la République quand les gens étaient en train d’enlever le rail. Ce jour-là, j’ai failli avoir une crise cardiaque. Je me suis dit comment un pays en développement peut se permettre de détruire son axe ferroviaire. C’est la faute au (PS). Parce que c’est eux qui avaient permis que les gens vendent la ferraille. À l’époque, les gens venaient voir le Directeur du Petit train bleu pour voir comment l’acheter. J’en souffrais. J’ai dit voilà comment un des secteurs du développement économique qu’il faut allier avec l’Agriculture pour aller vers le développement. On détruit le rail. Je n’avais rien compris. »

Aujourd’hui, il apprécie la volonté du président Macky Sall de relancer le chemin de fer, au Sénégal. Car, a-t-il ajouté : « si aujourd’hui, le président Macky Sall arrive à mettre un accent particulier sur l’axe ferroviaire, je ne peux qu’applaudir. Voilà le chemin du développement. » D’autant plus qu’a-t-il renchéri : « le Ter, qui quitte Dakar pour Diamniadio, va bifurquer pour aller à Mbour, Thiès, après vers l’intérieur du pays. Dans son projet, il y a le Dakar-Bamako. Il y a aussi Dakar - Saint-Louis (et) Saint-Louis – Thiès. Parce qu’il faut reprendre le rail qui partait de Saint-Louis jusqu’à Thiès. C’étaient des pôles économiques qui vivaient. Louga, Linguère, partout, les populations avaient une ressource et c’est ça qu’il faut reprendre. » Fort de cela, il ne cache pas « sa fierté » d’être le PCA de la Senter, soulignant l’importance du chemin de fer.

Quid de la rentabilité économique ?

À ceux qui critiquent le modèle économique du ter, qui n’aurait pas de rentabilité économique, il répond ceci : « le problème de la mobilité urbaine, au-delà du volet social, est de permettre aux travailleurs de quitter un point A vers un point B, en faisant des économies de temps et de ressources. Et, régler d’autres problèmes que vous avez, que les routes puissent résister. Pour que vous puissiez éviter de faire des entretiens routiers à coût de milliards F CFA, il faudrait qu’il y ait d’autres voies de transports. Cela veut dire l’axe ferroviaire. Ces rails-là, à chaque fois que vous les avez, vous préservez vos routes. Donc, c’est des projets qui règlent le volet social, mais qui ont aussi d’autres possibilités à condition que la gestion soit regardée de façon rigoureuse pour que les sociétés qui exploitent ne le fassent pas au détriment du peuple sénégalais. Nous veillons à signer un très bon contrat d’exploitation. Nous regardons la rentabilité du Ter, en mettant toujours en exergue l’intérêt du peuple sénégalais ».

Mis en circulation depuis janvier 2022, le Ter a enregistré ses 10 millions de passagers en moins de huit mois d’exploitation.

Dié BA
Augustin MANDANG (PHOTO)

16 octobre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article