image

LE RENDEZ-VOUS DES ASSUREURS POUR LA RÉSILIENCE DU SECTEUR

image

En prélude à la 46ème édition qui doit se tenir du 23 au 25 mai, l’Assemblée générale de la fédération des Sociétés d’assurances de droit national Africaines (Fanaf) a organisé hier une conférence de presse pour faire le point sur les activités de la Fanaf.

Dans moins d’une semaine (du 23 au 25 mai), Dakar va abriter la 46e édition de l’Assemblée générale de la Fédération des Sociétés d’assurances de droit national africaines (Fanaf). « Risques systémiques : Assurance et résilience » est le thème central retenu pour cette rencontre, un sujet qui va intégrer également trois sous-thèmes liés aux risques de marché et à ceux financiers. D’après le président de l’association des assureurs du Sénégal Souleymane Niane, le contexte de la pandémie et les catastrophes naturelles qui sont de plus en plus récurrentes, justifient largement ce thème. « Aujourd’hui, il s’agit pour les réassureurs de l’Afrique et du monde, de se réunir et de réfléchir sur ces crises et voir comment est-ce que l’assurance qui a pour premier rôle, social, c’est-à-dire celui de sécuriser les biens des personnes, peut bien faire son travail. Il s’agira également de voir comment les conséquences qui découlent de la Covid-19 et les catastrophes naturelles peuvent être prises en charge par les assureurs », a soutenu M. Niane. Donc, il convient de repenser la redéfinition du métier d’assureur et de réassureur pour renforcer la résilience actuelle et future. Les enjeux de cette 46e édition de l’Assemblée générale de la Fanaf tournent autour de la digitalisation et de la réglementation du secteur. Selon Majdi Yassine, président de la Commission communication de cette édition, l’urgence est d’analyser l’évolution de cette réglementation pour encadrer le rôle des acteurs d’assurance, afin d’accompagner le secteur privé et le développement du secteur public. « Il s’agit de voir comment inscrire le digital dans notre développement comme étant un levier de l’assurance dans une économie. Au Sénégal le taux de pénétration est 2% du Pib, là où l’Afrique du sud a un taux de 15%. Donc, Il est important de voir comment impulser la pénétration de notre secteur et en même temps, comment le digital peut être aussi un facteur de résilience de nos économies », a estimé M. Yassine.

La Fanaf regroupe 203 sociétés membres dans 29 pays africains

La fédération des Sociétés d’assurances de droit national africaines a été portée sur les Fonts baptismaux le 17 mars 1976 à Yamoussoukro en Côte d’Ivoire. L’organisation comprend 203 sociétés membres dans 29 pays de l’Afrique. En termes de chiffre d’affaires, la fédération fait 1356 milliards de FCFA et emploie plus de 6947 agents. En 2021, le chiffre d’affaires cumulé des sociétés d’assurances du marché sénégalais est passé à 226 milliards soit une progression de 11% pour les assurances non vie et 8,7 % pour les assurances vie. En termes de placement, c’est-à-dire sa contribution à l’économie, la Fanaf est à plus 400 milliards de FCFA. « La contribution des assureurs dans la sécurisation de l’économie représente 4 fois le Pib du Sénégal », a révélé Adama Ndiaye, directeur général de la Société sénégalaise de réassurance (Sen re) et ancien président de la Fanaf

F. Bakary CAMARA

19 mai 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article