image

LE SATUS EXIGE LA GÉNÉRALISATION À TOUS LES TRAVAILLEURS DES UNIVERSITÉS

image

Après les travailleurs des collectivités territoriales, c’était au tour hier du syndicat autonome des travailleurs des universités du Sénégal (Satus) de monter au créneau. Ils exigent la généralisation de la revalorisation des salaires de la fonction publique, à tous les travailleurs des universités du Sénégal.

Le front social est en ébullition ces derniers temps et ce depuis l’annonce faite par le président de la République de revaloriser les salaires de la fonction publique. Après les travailleurs des collectivités territoriales qui ont organisé dernièrement une marche nationale, c’était au tour , ce jeudi, du Syndicat autonome des travailleurs des universités du Sénégal (Satus) de faire face à la presse au siège du Fgts. Ce, pour exiger à l’Etat l’application de ces mesures à tous les travailleurs du Sénégal. Secrétaire général du Satus, Aliou Faye a expliqué que « les universités du Sénégal qui sont des établissements publics, constituent un maillon essentiel dans la vie de la nation, et emploie plusieurs milliers de travailleurs qui abattent un effort considérable de fourniture de service public ». Et selon lui, ceux-ci « ressentent fortement les contre-coups de la conjoncture économique et sont dans une plus grande vulnérabilité socioéconomique ».

Ils menacent de croiser les bras si rien n’est fait d’ici octobre
Magnifiant donc cette mesure salutaire de revalorisation des salaires des agents de l’administration publique sénégalaise, le Satus, s’est néanmoins insurgé contre « la non effectivité de cette mesure au profit de l’ensemble des travailleurs des universités du Sénégal ». Le porte-parole du jour qui espère que l’autorité va prendre les mesures idoines d’ici octobre, a indiqué que « si jusque-là rien n’est fait, les travailleurs des universités risquent de hausser le ton et de croiser les bras ». Ce qui ne sera pas, dit-il, sans conséquences sur l’année universitaire.

Ndèye Anna NDIAYE

26 août 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article