image

« CE QUE LE SÉNÉGAL A FINI DE RECONNAÎTRE » (DR FATOU DIANÉ GUÈYE)

image

Le ministre de la Femme, de la Famille et de la Protection des enfants, Docteur Fatou Diané Guéye, a pris part, ce mardi, à la deuxième consultation des jeunes sur la masculinité positive pour éviter les violences faites aux femmes et aux jeunes filles qui se tient à Dakar. Le thème choisi est : « accélérer les actions pour promouvoir une masculinité positive pour mettre fin à la violence contre les femmes et les filles.

En effet, le ministre de la Femme estime que nous disposons en Afrique et dans nos États respectifs d’un cadre juridique protecteur des femmes et des filles, qui vient s’adosser à nos valeurs culturelles ancestrales qui accordent une place de choix à la femme et à la jeune fille, future épouse, mère et grand-mère. « Notre pays, le Sénégal se reconnait bien dans cette démarche protectrice pour avoir reconnu la violence comme un obstacle majeur à l’épanouissement de la femme et érigé l’égalité entre les sexes et l’autonomisation des femmes en objectifs prioritaires et transversales du Plan Sénégal Émergent. Également, le Gouvernement travaille à renforcer la prise en compte du genre dans les politiques publiques avec un accent particulier sur l’accès équitable aux services sociaux de base, aux opportunités d’emploi et de revenu grâce à un programme intensif d’infrastructures et d’équipements qui réduisent les distances à l’école, aux services de santé, aux points d’eau et à la source d’énergie », a-t-elle souligné.

Selon elle, la dimension économique de la violence est aussi prise en charge à travers un accès simplifié aux ressources financières grâce à des mécanismes publics de financement, des projets socio-économiques des femmes comme la Délégation à l’Entreprenariat Rapide pour les Femmes et les Jeunes (DER/FJ).

Dans le même registre, soutient le ministre, des approches innovantes de masculinité positive sont développées au Sénégal avec des résultats appréciables.
« Il en est ainsi dans les programmes des Centres Conseils Ados développés par le ministère de la Jeunesse, de la mise en œuvre de l’agenda de la jeune fille avec la participation effective des garçons, de l’initiative « École des Maris », un modèle endogène d’implication des hommes dans l’amélioration de la santé de la reproduction des femmes et des filles », a-t-elle aussi dit.

Cheikh Moussa SARR

8 novembre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article