LE SÉNÉGAL DANS LA ZONE ROUGE : LES EXIGENCES DU FORUM CIVIL

news-details
Indice de perception de la corruption

Le Forum civil a, ce jeudi, publié le rapport de l’indice de corruption 2019. Le Sénégal est toujours dans la zone rouge

Depuis 2016, le Sénégal a cessé de progresser. Il conserve, selon Birahim Seck, Coordonnateur Général du Forum Civil, son score de 45 sur 100 et reste dans la zone rouge à l’instar de tous les pays de l’UEMOA et de ceux de la CEDEAO à l’exception du Cap-Vert qui a obtenu une note de 58/100. Il reste le 1er de la zone économique de la CEDEAO.

De l’avis de Birahim Seck, la stagnation du Sénégal dans la zone rouge est dû à un affaiblissement réel de la volonté politique de lutter contre la corruption mais aussi à une situation de mal gouvernance, actée par un déficit criard de reddition des comptes ainsi qu’un accroissement de l’impunité. Ces deux phénomènes se manifestent par le refus de la Cour des comptes et de l’IGE de publier leurs rapports de contrôle sur la gestion des ressources publiques et du patrimoine. Il s’y ajoute l’inertie du Président de la République face à la non publication des rapports et la non transmission d’affaires relevées par les organes de contrôle à la justice.

Birahim Seck et ses camarades dénoncent également le déficit d’indépendance de la justice noté, d’ailleurs, par les acteurs du secteur et le maintien de l’illégalité au sein d’instances de Régulation (ARMP, CENA etc.) qui affaiblit l’exercice de leurs domaines de compétence.

Le Forum civil dénonce l’arrêt de la traque des biens mal acquis

« Nous dénonçons l’arrêt inexplicable et inexpliqué de la politique de la traque des biens mal acquis, forte demande sociale de redevabilité. L’impunité galopante voulue et entretenue par le Chef de l’Etat. L’inertie de l’Assemblée nationale et de la justice devant les affaires Bictogo, Prodac, et la gestion du fonds de promotion féminine », a expliqué M. Seck.

A son avis, pour sortir de cette zone rouge et atteindre le niveau du groupe des 6, le Forum Civil propose au Gouvernement de donner plus de force et vigueur à l’Axe 3 du PSE dans ses composantes "Gouvernance et Institution". Ce, afin de promouvoir la lutte contre la corruption et la reddition des comptes.

Sur ces entrefaites, le Forum civil recommande la réforme et le maintien de la Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite, en la rendant conforme aux standards internationaux.

Un audit des transactions immobilières réalisées par la CDC exigé

De même, il recommande à l’Etat de travailler sur un audit exhaustif des réserves financières et le patrimoine foncier des Institutions de protection sociale comme l’Institut de Prévoyance Retraite (IPRES) et la Caisse de Sécurité Sociale (CSS) ainsi que toutes les transactions immobilières réalisées par la Caisse de Dépôts et Consignations et par l’ARTP notamment celle de la construction du siège de l’organe de Régulation des Télécommunications. Il exige, par la même occasion, la, publication des rapports de l’IGE, de la Cour des comptes, de l’OFNAC, de l’ARMP et la reddition des comptes qu’ils doivent aux populations conformément à la loi.

Birahim Seck et ses camarades prônent le vote d’une loi interdisant aux hauts cadres des régies financières de ne plus faire la politique. « Le Forum Civil invite aussi l’Assemblée nationale à user de ses pouvoirs constitutionnels et législatifs pour éclairer les sénégalais sur les financements et réalisations des projets suivants : l’Autoroute Thiès-Touba, l’Autoroute Dakar-Diamniadio, le Pôle Industriel de Diamniadio, la réfection du Building Administratif, l’Autoroute Mbour-Kaolack, l’avance de démarrage de la route Fatick-Kaolack, la Cité de l’Émergence, le Centre International de Diamniadio, l’UNIDAK2 de Diamniadio, l’attribution du Port de Bargny, les concessions de NECOTRANS ainsi que les listes des ’’grands producteurs’’ bénéficiaires des différents mécanismes de subvention sur les intrants (engrais, semences et matériels agricoles) », a déclaré Birahim Seck. Lequel encourage le Doyen des juges à tirer au clair les dossiers relatifs à l’affaire des 94 milliards et celle relative à Petrotim Ltd.

Vous pouvez réagir à cet article