image

« LE SÉNÉGAL EST UN MODÈLE DANS L’UNITÉ D’EXÉCUTION DES PROJETS »

image

Le Bureau Opérationnel de Suivi du Plan Sénégal Émergent a invité le Bureau d’Études Stratégiques et de Développement (BESD) du Burundi et le Conseil National du Plan d’Accélération de la Transformation du Gabon (CNPAT) à Dakar, du 07 au 10 décembre 2022. C’est dans le cadre du Réseau Africain des Delivery Units. Ainsi, ils ont visité le parc des technologies numériques (PTN) et la ferme de l’ANIPL (association nationale pour l’intensification de la production laitière). Où étant, Mamadou Bâ, président de ladite structure, a présenté l’ANIPL. « Notre association est née en 2007 et qui, en 2016, a conclu un accord avec le ministère de l’Élevage pour voir comment améliorer la production laitière à travers des importations. Nous avons eu à faire trois opérations d’importation de vaches laitières. C’est-à-dire trois fois 1200 animaux et nous sommes actuellement en train de faire notre quatrième opération qui devrait se conclure et les animaux arriveront au mois de janvier », a dit Mamadou Bâ.

Poursuivant, il déclare « nous produisions annuellement dans les 25 mille litres de lait. Ce qui est important pour la baisse de la facture laitière qui, il y’a quelques années, était estimée à quelque 70 milliards. Et les statistiques récentes montrent que la facture laitière a drastiquement baissé de moitié. Ce qui veut dire que notre implication à travers une subvention de l’État a permis de régler ce problème ». Il faut dire qu’au début de l’opération, ils avaient une subvention de 25 à 30% et lors de la dernière journée de l’élevage, le chef de l’État leur a fait une surprise agréable en portant la subvention à 50%. Ce qui fait le succès de la quatrième opération dépasse largement leurs attentes. Par ailleurs, Léon Emmanuel, conseiller spécial chargé des missions du président de la République gabonaise. Chef de délégation du conseil national du plan d’accélération de la transformation qui est l’homologue du BOS PSE, a expliqué : « au Gabon, nous avons le plan d’accélération de la transformation qui est une réactualisation du plan stratégique Gabon émergent. Le chef de l’État a l’ambition de faire du Gabon un pays émergent à l’horizon 2025. Nous travaillons là-dessus depuis 2009-2010. A mi-parcours, avec toutes les crises que nous avons connu notamment la crise pétrolière et la Covid 19, le gouvernement a donc actualisé ce projet ».

Il ajoute : « nous avons vu des choses très intéressantes. Vous savez que le Sénégal est aujourd’hui un modèle et il ne faut pas se le cacher. C’est un modèle dans la Delivery Units donc l’unité d’exécution des projets. Et donc, nous avons jugé nécessaire de venir s’inspirer de ce qui marche au Sénégal. Et voir avec nos frères du BOS PSE comment on peut s’inspirer des bonnes pratiques que nous comptons mettre en œuvre au Gabon et vice-versa ». Même tonalité chez le chef adjoint du bureau d’études stratégies et de développement à la présidence de la République du Burundi. Selon lui, leur président vient de déclarer qu’il veut que le Burundi puisse être émergent d’ici 2040. Et, ils sont venus s’inspirer du modèle du Sénégal.

Cheikh Moussa SARR
Abdoulaye SYLLA (Photo)

9 décembre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article