LE SÉNÉGAL PARTICIPERA AU TOURNOI INTERCONTINENTAL EN NOVEMBRE PROCHAIN

news-details
Beach Soccer

Demi-finaliste au Mondial russe, l’équipe nationale de Beach soccer rumine toujours ses regrets. Estimant qu’ils avaient leur place en finale, les Lions de la plage entendent rebondir très vite. Le capitaine et gardien, Al Seyni Ndiaye s’est ainsi engagé auprès de Me Augustin Senghor, président de la Fédération sénégalaise de football (FSF), et du Directeur technique national (DTN), entre autres officiels, hier, lors de la cérémonie ’’Sargal’’ (récompense) qui leur était dédiée.

L’occasion se présentera dès le mois de novembre prochain. "A notre retour, on pensait que l’année était terminée, on allait passer nos vacances mais on a reçu une invitation à participer à la Coupe intercontinentale regroupant les huit meilleures équipes. Donc, ce sera un grand tournoi, une autre Coupe du monde, on peut le dire", a expliqué leur coach, Ngalla Sylla.

En effet, les joutes sont prévues du 2 au 6 novembre prochains, à Dubaï. Les Lions entreront en regroupement à partir du 6 octobre 2021, avant de quitter Dakar, le 29 du même mois.

"Pour nous, c’est une continuité, on va y aller pour apprendre parce que c’est la première fois qu’on participe à ce tournoi, on ne peut pas fixer des objectifs. S’il y a de la place, on va aller jusqu’au bout", a affiché le technicien sénégalais en lice, parmi douze nominés, pour le titre de meilleur entraineur de la discipline.

Après une éclatante victoire, 5-3, aux dépens du tenant du titre portugais, lors de la phase de poules, les Lions de la plage ont écarté le Brésil par ailleurs la nation la plus titrée de la discipline, en quarts de finale, pour s’ouvrir les portes des demies. Ils s’inclineront à ce stade face au Japon en l’absence de plusieurs de leurs cadres suspendus pour cumul de cartons. Le Sénégal reste, toutefois, la première équipe africaine à atteindre les demi-finales de cette compétition.

Clin d’œil à la bande à Gana Gueye

"On est décomplexé en Afrique et dans le monde. C’est des challenges auxquels nous devons faire face. Nous ne devons pas avoir peur de dire on va aller gagner. Eux, ils étaient allés en disant on va aller gagner la finale. Ils n’ont pas fait moins que ceux qui ont gagné la finale et c’est en cela que dans ces situations-là, nous devons les remercier, les féliciter pour qu’ils aient envie d’y retourner.

Il y a quelques jours, le coach (Ngalla Sylla) m’a envoyé un message, me disant qu’il y a la Coupe intercontinentale. Nous aussi, on aime relever les défis mais celui des moyens est compliqué. Je leur ai d’emblée dit non, ce n’est pas possible. Parce que depuis un an on a trop dépensé pour le Beach soccer, il faut qu’on pense aux autres. Mais, après le recul, on a dit qu’il faut qu’on y aille.

Le déclic, c’est quand je vois la liste des équipes qui y sont. Je me dis que ce n’est pas normal que sur les huit meilleures équipes que le Sénégal ne soit pas là. Il faut, dès fois aussi, qu’on arrête de jouer aux gagne-petit. Si on ne fait pas ces efforts-là pour se mettre à la hauteur des autres, on ne pourra jamais les battre.

C’est pour cela que j’ai changé complètement d’avis. Ça va encore nous coûter de l’argent mais il faut qu’on y aille, qu’on se confronte à ces footballs-là, si on attend encore dans deux ans pour se confronter avec ce qui se fait de mieux, ne soyons pas étonnés qu’on soit encore battu quand les matchs difficiles vont arriver", avait déjà campé Me Augustin Senghor.

En réponse à ses propos, Ngalla Sylla a indiqué qu’il prie sans cesse pour la victoire d’Aliou Cissé et ses joueurs de l’équipe nationale A du Sénégal, afin que "les caisses se remplissent" et pour qu’ils puissent, à leur tour, "en profiter".

Vous pouvez réagir à cet article