LE SÉNÉGAL SALUE LA MÉMOIRE D’UN MONUMENT DE SA CULTURE

news-details
LEVÉE DU CORPS DE SAMBA DIABARÉ SAMB

Le Sénégal, particulièrement le monde de la culture s’est réveillé, ce samedi, dans la tristesse et la consternation. Ce, à cause du décès de l’artiste Samba Diabaré Samb à l’âge de 95 ans. Avec sa disparition, le Sénégal vient de perdre l’un de ses illustres dignes fils.

La levée du corps, qui s’est tenue à la mosquée Nimzat des Hlm après la prière de "Tisbaar", a réuni les autorités politiques, religieuses, artistiques et coutumières. Ils étaient tous là pour lui rendre un dernier hommage avant qu’il ne soit enterré dans la cité religieuse de Tivaouane. Les témoignages ont été unanimes. Il est décrit comme un homme digne, altruiste et généreux. Emedia en partage quelques-uns avec vous.

Professeur Massamba Guèye, historien

« Pour ce qui est du domaine artistique le legs sera bien préservé »

« A chaque fois qu’un artiste atteint ce niveau de maturité sociale et artistique et qu’il a une image aussi positive quand nous le perdons notre esprit retourne à Amadou Hampathé Ba. Nous considérons que c’est une bibliothèque qui, cette fois -ci, n’a pas pris le temps de bruler mais c’est une bibliothèque qui a essaimé suffisamment de savoir pour que le relai soit plus. On se rend compte aujourd’hui que le « Xalam » à un avenir et cet avenir a été essaimé par Samba Diabaré Samb. Donc, c’est une perte mais une perte dans la dignité. Je pense que pour ce qui est du domaine artistique le legs sera bien préservé. Je ne m’inquiète pas. Samba Diabaré a suffisamment donné, suffisamment partagé qu’aujourd’hui il meurt dans une éternité. Il ne sera jamais oublié parce qu’il est dans le panthéon de nos cœurs »

Mbaye Thiam, professeur à l’EBAD

« C’est un pan de notre patrimoine artistique, social qui s’écroule disparaît subitement »

« Avec la disparition de Samba Diabaré Samba, c’est un pan de notre patrimoine artistique, social qui non pas s’écroule mais disparaît subitement. Mais les patrimoines ont l’avantage que, même physiquement disparu, ils restent. Et Samba Diabaré Samb est un de ces patrimoines. Ce n’est pas pour rien que l’Organisation des Nations Unies pour la culture lui a décerné, il y a plusieurs années derrière nous, le titre de patrimoine universel vivant. Or, les patrimoines de leur vivant servent aussi après leur mort. Samba Diabaré appartient à tout le Djolof. Il est apparenté à tout le monde. Il est de très près dans la famille de Seydi El Hadji Malick parce que c’est le père de l’actuel Khalife général des Tidiane l’a toujours considéré comme son fils. C’est lui-même qui l’a amené et installé à Tivaouane. Il disparait physiquement mais, il laisse sa vie qui est un exemple à partir duquel nous pouvons recueillir tout ce dont nous avons besoin pour une culture de paix, de valeurs au service de notre société. Il appartient à toute l’Afrique parce qu’il était passeur de patrimoine. »

Abdoulaye Diop, ministre de la Culture

« La famille aura tout le soutien et l’accompagnement du gouvernement du Sénégal »

« Quand le président de la république a appris ce décès, il nous demandé rapidement de venir auprès de la famille présenter à tout le monde les condoléances de la République. Aujourd’hui, c’est une très grande perte pour le Sénégal, pour la communauté artistique. La famille aura tout le soutien et l’accompagnement du gouvernement du Sénégal. »

Bécaye Mbaye, communicateur traditionnel

« Il était un homme très digne »

« On a été très attristé par le décès de Samba Diabaré Samb. On aurait vraiment voulu qu’il reste encore avec nous mais, Dieu en a décidé autrement. Mais, c’est un digne fils du pays qui est parti. Il est un homme très digne. Il aimait le Sénégal. Il fait partie des précurseurs de la culture du Sénégal. C’est l’histoire du Sénégal qui a perdu un monument. Il est parti avec beaucoup de secret. Que Dieu l’accueille dans son paradis »

Mandiaye Samb, frère du défunt

« Il était humble, sincère, digne et altruiste »

« On peut dire que c’est l’humanité qui a perdu aujourd’hui un grand homme. Il était humble, sincère, digne et altruiste. Il était sans faute. Il nous a inculqué de très bonnes valeurs. On ne peut rien lui reprocher. Tout ce qu’il avait, il le partageait avec ses proches surtout avec nous qui sommes ses frères. »

- 

- 

- 

Vous pouvez réagir à cet article