LE SUDES/ESR MENACE DE BLOQUER LES ACTIVITÉS PÉDAGOGIQUES DE L’UCAD

news-details
CRISE À L’IPMS

La crise qui prévaut, depuis 3 mois, à l’institut de prévoyance médico-social inquiète au plus haut point le Syndicat unitaire et démocratique des enseignants du Sénégal (Sudes/Esr). Face à la presse, ce mardi, les membres de cette organisation alertent sur les graves menaces que cette situation fait peser sur la santé des personnels de l’Ucad. Face à ce qu’ils considèrent comme une situation intolérable, les membres du syndicat exigent la réouverture immédiate de l’IPMS et l’autonomisation de sa gestion. Egalement, ils exigent le cantonnement de l’administration universitaire à son seul rôle de facilitatrice des projets de l’Université. A les en croire, en cas de non satisfaction de ces exigences qu’ils jugent minimales, ils vont bloquer les activités pédagogiques et scientifiques de l’UCAD.

En effet, selon le secrétaire général du Sudes/Esr, le démarrage en 2015 de la Polyclinique de l’IPMS et son développement rapide pendant les années qui ont suivi avaient suscité d’immenses espoirs au sein de la communauté universitaire et de leurs familles. Lesquelles avaient été exposées pendant des décennies à une grave insécurité parce que ne bénéficiant pas d’une prise en charge médicale adéquate de la part de l’Université Cheikh Anta Diop. « Vulnérables, chassés des hôpitaux publics et privés du pays à cause de dettes que leur institution ne finissait jamais de solder, les personnels de l’UCAD et leurs familles n’ont pu bénéficier d’une couverture maladie convenable qu’avec la polyclinique de l’IPMS », a déclaré Oumar Dia. Qui pense que le fonctionnement normal et efficace de cet important outil de prise en charge médicale des personnels de l’UCAD a été unanimement salué par tous les membres de la communauté universitaire. Malheureusement, il constate pour le regretter, que tous les acteurs ne semblent pas, au sein de la communauté, avoir intérêt à un fonctionnement normal et régulier de la polyclinique de l’IPMS. Il dit ne pas comprendre que cet outil qui a donné tant de satisfaction à l’écrasante majorité des travailleurs de l’UCAD soit presque totalement à l’arrêt depuis 3 mois et que les engagements pris par le Recteur de l’UCAD devant une délégation du Sudes/esr pour un redémarrage imminent ne soient toujours pas matérialisés. « Pour le SUDES/E.S.R, derrière ce blocage criminel de la polyclinique de l’IPMS depuis début mai se cache une mafia interne à l’UCAD et dont l’objectif est la disparition pure et simple de cet important outil qui a pourtant sorti les travailleurs de l’institution de l’insécurité sanitaire à laquelle ils étaient naguère condamnée », dénonce Oumar Dia.

Vous pouvez réagir à cet article