LE SYNPICS S’INDIGNE DU TRAITEMENT RÉSERVÉ À LA PRESSE

news-details
ASSEMBLÉE NATIONALE

Le traitement réservé à la presse privée, des journalistes chassés de l’hémicycle sur instruction des forces l’ordre, irrite le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (SYNPICS).

"L’accès à l’Assemblée nationale ce jour est une obligation professionnelle. A défaut l’accès aux débats doit être assuré malgré le contexte de Covid-19. Faire un live (direct) via les RS (réseaux sociaux) ou à défaut exiger que la RTS fasse un direct accessible à tous", s’indigne le SYNPICS. Qui dénonce "avec la plus grande énergie la décision de la conférence des présidents de l’Assemblée nationale de ne pas prévoir l’accès des journalistes pour un jour aussi important que ce vendredi, 26 février", dans une note.

Le document, parcourue par Emedia, souligne qu’"une levée de l’immunité parlementaire d’un député est un événement essentiel, et le public a le droit de suivre tous les débats".

Selon nos reporters sur place, l’Assemblée est bunkerisée, ce matin. La presse nationale et internationale, est venue nombreuse pour couvrir cet événement. Mais seule la Rts a droit à l’accès.

Les autres journalistes sont parqués dans un périmètre, en face de l’hémicycle.

Vous pouvez réagir à cet article