LE TEMOIGNAGE ÉMOUVANT DE ME MADICKE NIANG

news-details
DÉCÈS DE SERIGNE ATOU DIAGNE

Serigne Atou Diagne repose désormais au cimetière de Bakhiya de Touba. Il a été accompagné à sa dernière demeure par des milliers de fidèles de la confrérie mouride. Les témoignages continuent de pleuvoir sur le responsable moral du Hizbut Tarqqiyah. L’ancien ministre des Affaires étrangères, Me Madické Niang a trempé sa plume pour relater les moments qu’il a vécus avec le défunt. « Quand, avec plusieurs condisciples, nous avions créé la dahira des étudiants mourides et que, chemin faisant, la foi, l’engagement et la détermination dans le mouridisme, de Serigne Atou Diagne nous ont été rapportées, ce fut pour nous une intuition salutaire que d’aller vers lui et de lui proposer de venir nous rejoindre dans cette entreprise qui fut la première création d’une association religieuse au sein de l’université dominée à l’époque par les mouvements marxistes-léninistes », a expliqué l’avocat doublé d’homme politique. Qui, poursuivant son témoignage, ajoute : « sous son leadership éclairé, la dahira est devenue Hizbut Tarqiyah. Très tôt, en côtoyant Serigne Atou, nous avions compris que cet homme était prêt à donner sa vie, sa personne et tous ses biens au mouridisme. La meilleure illustration nous a été fournie par lui-même quand il décida de tourner le dos à tout pour venir s’installer à Touba auprès de Serigne Abdoul Ahad Mbacké ».

Dans son témoignage, Madické Niang se remémore toujours des paroles très fortes que Atou Diagne avait tenues à Serigne Abdoul Ahad Mbacké. Il lui disait, se souvient-il : ’’Ce jour, je suis venu me livrer à vous avec tout ce que je possède dans ce monde et reste à l’écoute de vos instructions. J’ai décidé, à partir de ce jour, de tout donner à Serigne Touba’’ ». Devant l’avis de Me Madické Niang, si on devait énumérer toutes les actions salutaires introduites dans le mouridisme sous la direction de Serigne Atou Diagne, on aurait pris un livre. « Avec Serigne Atou, Hizbut Tarqiyah a modernisé la déclamation des khassaides en réhabilitant les aires traditionnelles mais aussi en introduisant de nouvelles qui ont fait chavirer le cœur de millions de musulmans en général et de talibés mourides en particulier. Avec Serigne Atou, qui fût un grand meneur d’hommes, l’organisation et la méthode ont toujours été au rendez-vous, surtout à l’occasion des évènements durant lesquels les mourides célèbrent les hauts faits de Seydina Mouhamed (Saw), de Khadimou Rassoul (Rtla), de Mame Diarra Bousso (Rtla) et de tant d’autres illustres hommes et femmes qui ont fait de leur vie un sacerdoce au service exclusif de l’Islam », a témoigné Me Madické, priant pour le repos éternel de l’âme du disparu.

Vous pouvez réagir à cet article