image

LE TEMPS DES "URGENCES SOCIALES"

image

Dans le projet de Budget pour l’année 2023, le premier de l’ère pétro-gazière du Sénégal, la priorité est accordée aux « urgences sociales » et au « combat contre la vie chère », afin de « restaurer le pouvoir d’achat », souligne le document rendu public par le ministère des Finances et du Budget.

Les réponses à ces défis sont projetées en recettes fiscales qui passent de 3.052,1 milliards, en 2022, à 3.486,7 milliards en 2023, soit une hausse de 434,6 milliards F CFA, en valeur absolue et 14,2 en valeur relative.
« Ces bonnes perspectives sont expliquées par l’accélération de la mise en œuvre de la Stratégie de recettes à moyen terme (SRMT) qui défère et coordonne l’action des services de l’État pour une mobilisation efficiente des ressources publiques », appuie le document.

L’État prévoit, dans le budget 2023, qui sera voté par l’Assemblée nationale, de maintenir la subvention, avec un montant de 450 milliards F CFA, dont 350 est prévu pour le secteur de l’énergie. Toutefois, « des mesures sont prévues à travers une feuille de route en vue d’une maîtrise des subventions pour éviter des dérapages susceptibles de porter atteinte aux équilibres budgétaires », renseigne le projet de Loi de finances 2023.

Baisse des investissements à l’ordre de 165,6 milliards F CFA
Des mesures concernent d’autres filières dont celle de la riziculture pour asseoir les bases d’une souveraineté alimentaire, dont l’octroi d’une subvention de 30 F CFA par kilogramme, au profit des producteurs, et 2 F CFA aux transformateurs.
La conséquence de cette large part faite au social sera la baisse des investissements, passant de 1.753,8 milliards F CFA à 1.588,2 milliards.

Dié BA

19 octobre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article