LES 7 KHALIFE DE MAODO : SERIGNE MANSOUR SY, LA DISCRÉTION PERSONNIFIÉE (2/7)

news-details
GAMOU 2019

Depuis sa disparition, El Hadji Maodo Malick Sy a eu sept successeurs pour guider ses fidèles dans la voie de la Tidjaniya. Trois fils et quatre petits-fils, qui ont en commun une grande érudition et un sens très élevé de la socialisation. Emedia.sn vous les présente, un à un. Après la présentation de Serigne Babacar Sy, premier Khalife de Maodo, place à Serigne Mansour Sy, qui n’aura passé que quatre jours sous le manteau de Khalife, à la suite de son frère Babacar. Très discret, il se distinguait notamment par son statut d’agriculteur dans l’âme mais également d’ambassadeur.

Sa sincérité dans la bonne conduite traversait les villes et les villages du Sénégal. C’était sa marque de fabrique. Et ses disciples en savaient quelque chose. Il les tenait le langage de vérité qui, selon lui, était gage d’un islam orthodoxe tel que prêché par Seydi El Hadji Malick Sy. Lui, c’est El Hadji Mansour Sy.

Né vers les années 1900, il est le troisième fils de El Hadji Malick Sy, après Serigne Ahmed Sy (qui n’a pas été Khalife) et Serigne Babacar Sy. Il s’est très tôt fait remarquer par son intelligence et sa grande capacité de discernement. Guide religieux très énigmatique, il était doté d’une moralité et d’une probité légendaire.

Après la disparition de son père en 1922, il devint le bras droit privilégié de son frère, le Khalife Serigne Babacar Sy. Lequel lui avait confié les fonctions de chargé de mission auprès de l’administration coloniale et des grands dignitaires « Muqaddam » de chargé de mission de la confrérie. Des fonctions assumées avec responsabilité, tact et clairvoyance.

En 1944, il a décidé d’accomplir le cinquième pilier de l’islam, le pèlerinage à la Mecque. Il était d’ailleurs nommé délégué officiel des pèlerins auprès des autorités saoudiennes.

Grand cultivateur, il disposait de plusieurs champs dont l’un des plus célèbres est celui de « Keur Pathé Khéwé » dans la province du djander. Ses efforts inlassables pour le développement de l’agriculture lui avaient valu la distinction dans l’Ordre du mérite agricole en février 1949. El Hadji Mansour Sy a vécu une vie calme très éloignée de la mondanité. Quatre jours seulement après le décès de son frère Serigne Babacar Sy, il disparut le vendredi 29 mars 1957 et sera inhumé près de son père.

Vous pouvez réagir à cet article