image

LES 8 MOIS D’ARRIÉRÉS DE SALAIRE, LES MENACES DE MORT ET LA CLÉMENCE DU JUGE...

image

Condamné par le tribunal d’instance à un an de prison ferme pour les faits de menace de mort, D. Diop a récidivé. Il a encore comparu, ce mardi, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour répondre des mêmes faits. Il lui est reproché d’avoir menacé de tuer son ancien patron qui lui doit huit mois d’arriérés de salaire. Cependant, il a nié en bloc les faits pour lesquels il a encore été présenté au juge. « Je suis vraiment dans la galère. Et le jour des faits, je suis allé le voir dans son bureau pour lui expliquer ma situation afin qu’il me donne mon argent. Je lui ai fait comprendre que ma femme est rentrée chez elle parce que je n’avais plus les moyens d’assurer la dépense quotidienne », a-t-il relevé. Avant d’enchaîner : « je ne pouvais plus aussi payer la scolarité de mes enfants et ils ont été tout simplement exclus. Sensible à tout cela, il m’avait remis une somme de 200 000 francs Cfa en promettant de me remettre le reste quelques temps après ».

Dans sa narration des faits, le mis en cause a soutenu que son ex patron n’a jamais tenu respecté ses engagements. C’est sur ces entrefaites qu’il est retourné dans son bureau pour lui réclamer encore son argent. « Il avait refusé de me recevoir, renseigne-t-il. Je l’ai attendu à la sortie pour lui demander de l’argent. C’est là qu’il a appelé les gendarmes. Je n’ai jamais menacé de le tuer ».

Prenant la parole à la suite du mis en cause, l’avocat du plaignant indique que les faits ne souffrent l’ombre d’aucun doute. Son client a été bel et bien menacé et sa vie est en danger. « C’est pour toutes ces raisons que je demande à la justice de faire son travail. Et de le condamner à telle peine que le procureur plaira de requérir », a estimé l’avocat. De son côté, le maître des poursuites a requis l’application de la loi.

Sans avocat, le prévenu a demandé la clémence du tribunal. Après concertation, le président du tribunal a requalifié les faits en voie de fait. Il l’a déclaré coupable de ce chef avant de le condamner à 6 mois assortis de sursis.

Cheikh Moussa SARR

29 décembre 2021


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article