image

LES AGRESSEURS DICTENT LEUR LOI AUX CHAUFFEURS ET CLIENTS

image

Depuis quelques mois, des cas d’agressions sont notés aux alentours de la gare des Baux maraîchers. Chauffeurs de taxi et clients subissent la loi de ces hordes de jeunes gens armés et violents. Reportage.

Les agressions aux abords de la gare des Baux maraîchers sont devenues récurrentes. Des bandes de jeunes ont fini de terroriser les voyageurs qui viennent tard à la gare routière. Le pire, c’est qu’ils brandissent des armes blanches pour déplumer de paisibles citoyens. Au quartier de Médina Gounass, A. Diallo, qui en a fait les frais, explique sa mésaventure au rond-point Bountou Pikine. Revenant de Saint Louis, ce jeune étudiant a été victime d’une agression par une bande de jeunes qui écument la zone. « Je suis venu à la gare des Baux maraîchers vers 1h du matin.

J’ai pris un taxi pour me rendre chez moi. Arrivé au rond-point Bountou Pikine un homme a arrêté le taxi et les autres se sont rués sur moi. En un laps de temps, ils ont dépouillé le taxi avec une violence inouïe. Ils ont pris mon téléphone, mon sac et tout ce que j’avais par-devers moi. Les agresseurs sont armés de couteaux et n’hésitent pas à en faire usage », affirme le jeune étudiant en droit qui demande aux forces de sécurité de mettre fin à cette terreur.

Devant le portail de la gare des Baux maraîchers, des taxis guettent des clients. M. Cissé, un taximan âgé d’une quarantaine d’années, confirme : « Les agresseurs nous mènent la vie dure tous les soirs. Au rond-point Bountou Pikine, des jeunes, très violents et armés sèment la terreur. Plusieurs chauffeurs ont été agressés. Franchement, nous en avons assez. La semaine dernière, ils ont lancé une brique sur la vitre de ma voiture en voulant m’arrêter. J’ai aussitôt compris que c’étaient des agresseurs et j’ai foncé sur eux ».

Les chauffeurs de taxi demandent aux autorités plus de sécurité...
Une grande ambiance règne aux alentours de la gare. Des clients venant des régions de l’intérieur échangent avec des taxis pour rallier leurs domiciles. « Ici, les clients viennent de partout, surtout les soirs. Alhamdoulilah ! On s’en sort », confie un autre chauffeur de taxi. Aux Baux maraîchers, la chanson est la même : plus de sécurité. « Depuis longtemps, nous vivons une grande insécurité aux abords de la gare. Il ne se passe pas un seul jour sans qu’on apprenne que des chauffeurs et des clients sont agressés au rond-point Bountou Pikine. Nous demandons à la police de renforcer la sécurité surtout pour nous qui travaillons les soirs », plaide cet autre chauffeur de taxi.

Boudal NDIATH

19 février 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article