LES AMICALES EXPOSENT LEURS INQUIÉTUDES SUR LE NUMÉRIQUE ET POSENT LEURS CONDITIONS

news-details
ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

Le ministre de l’Enseignement supérieur, Cheikh Oumar Hann a, lors de sa dernière sortie le 26 mai 2020, écarté toute hypothèse d’une année blanche. Mieux, il soutenait la continuité des enseignements du supérieur via le numérique et à distance. En effet, quelques semaines après cette sortie du ministre, les amicales des étudiants (FSJP, FST, FSLH, FASEG et FMPO) sont montées au créneau pour remettre en cause cette proposition de leur ministre de tutelle.

Dans un communiqué de presse, les amicales constatent, pour le déplorer, ce qu’elles considèrent comme un manque de respect et de considération manifeste de l’autorité à l’égard des représentants d’étudiants qui depuis le début du processus n’ont été associés qu’a titre informatif et « considèrent que l’autorité n’est obnubilée et aveuglée que par sa volonté d’assouvir son ambition politique de sauver l’année advienne que pourra », ont signalé les amicales des facultés. Lesquelles considèrent que les victimes de la fracture numérique sont à égale droit avec les autres. Et, à ce titre, les amicales estiment que, l’Université en tant que service public doit garantir un accès universel et sans discrimination aux contenus pédagogiques a tous les étudiants et doit aussi préserver ce principe sacrosaint de l’égalité des chances.

Cependant, elles considèrent que jusque-là aucune mesure concrète n’a été prise pour faciliter l’accès universel à tous les étudiants aux contenus pédagogiques car il y a des questions qui sont éminemment politiques et qui ne relèvent point des assemblées délibératives. En effet les amicales de L’UCAD se disent plus que jamais déterminées si la situation l’oblige à faire appel à tous leurs membres pour poser des actes forts afin de remplir leur rôle de défendeurs des étudiants.

De même, elles proposent une pure et simple mise à disposition des contenus pédagogiques aux étudiants avec la mise en œuvre de tous les moyens matériels et financiers nécessaires garantissant l’accès facile, universel et sans discrimination à tous les étudiants quel que soit leurs localités et cela en parfaite collaboration avec les communes dans l’étendue du territoire. Par ailleurs, les amicales de L’UCAD exigent la reprise des cours et des TD en présentiel au retour avant toutes évaluations même s’il faudra réduire le quantum horaire et l’organisation des examens en deux sessions.

Vous pouvez réagir à cet article