LES ARBITRES EN GRÈVE, LA RÉACTION DU CNG

news-details
LUTTE

Remous au sein de la lutte. Les arbitres, qui ont déclenché une grève, ont déposé leur plateforme revendicative sur la table du Comité national de gestion (CNG) de lutte. Dans laquelle les différents points visés tournent autour de l’assurance, les honoraires, la formation, et les conditions de travail.


Les misères des arbitres de lutte

Babacar Diop, membre de la commission des arbitres, est intransigeant : "On (les arbitres) n’est pas assuré. Ça tout le monde le sait maintenant. De 1997 à nos jours, point d’assurance pour les arbitres que nous sommes. Cela ne devrait même pas figurer sur nos doléances. Normalement, c’était quelque chose qui devait se faire annuellement, et être une préoccupation majeure pour le comité."

Poursuivant, il ajoute : "Pour la question des honoraires, vous pouvez considérer que sur 90% de gala, les arbitraires ne perçoivent que 52 mille F CFA à partager avec 5 personnes. C’est dérisoire sans compter que nous assurons nous-mêmes le transport, les repas, etc. Il n’y a aucune avancée sinon des menaces".

La réponse du CNG

En face, le CNG, qui a pris acte, dit attendre les conclusions de la commission règlement et discipline, pour la conduite à tenir. Ladite commission a convoqué Sitor Ndour et Malick Ngom pour audition.

Vous pouvez réagir à cet article