image

LES ASSURANCES DU MINISTRE ABDOULAYE DAOUDA DIALLO

image

Le ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo, s’exprimant sur la grève des meuniers, lors du rendez-vous « Le Gouvernement face à la presse » ce vendredi 10 juin, a confirmé avoir signé le versement de quatre milliards F CFA aux meuniers qui observent un mouvement d’humeur, portant sur la rétention de la farine.

Avant de donner cette garantie, la tutelle a d’abord insisté sur la raréfaction du produit engendrée par la guerre en Ukraine, pays producteur, expliquant que « le prix du pain, au Sénégal, est administré. Cela veut dire que c’est un prix qui est décidé d’avance par le Gouvernement. Ce prix-là, c’est le gouvernement qui vient en dernière instance. Cela veut dire qu’il y a d’abord la matière première, le blé transformé en farine, qui est transformé en pain et vendu. Donc, nous sommes au bout de la chaîne. Ce qu’il faut faire à ce niveau, c’est de voir comment prendre en compte ce besoin-là, d’abord par rapport à l’importateur qui vend son blé, il lui faut une petite marge, par rapport aux transformateurs notamment les meuniers, il leur faut leur marge et les boulangers qui doivent traiter la farine. Aujourd’hui, il y a une raréfaction du produit, avec quelque sept millions de tonnes de blé bloquées en Ukraine. Le prix a augmenté du fait de la conjonction de la raréfaction donc une demande supérieure à l’offre, renchérissement du taux du prix du dollar, renchérissement du prix du container. Naturellement, les prix ont flambé ».

Poursuivant, l’argentier de l’État a concédé que la décision du gouvernement de « suspendre la totalité des droits et taxes sur le produit importé, n’a pas suffi ». C’est pourquoi, a-t-il garanti : « nous avons donc décidé de subventionner le ménage sénégalais pour continuer à pouvoir disposer du pain à un prix acceptable, 150 F CFA. C’était un engagement de quatre milliards F CFA. Je confirme avoir signé la décision de versement hier. En principe, les meuniers eux-mêmes devraient pouvoir vous dire que l’État a respecté totalement cet engagement d’abord de quatre milliards F CFA, par rapport à l’année dernière. Pour cette année, le montant prévu est de quinze milliards pour les six premiers mois. En début de semaine, nous avons tenu une rencontre où il a été question de stabiliser le montant de onze milliards confirmés et les quatre milliards qui devaient venir s’y ajouter d’ici la fin du mois de juillet. Donc, je me suis engagé avec eux à pouvoir mettre à leur disposition ce montant au plus tard avant le 10 juillet de cette année ».

Die BA

10 juin 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article