LES AVOCATS DE KARIM WADE BRANDISSENT LEURS DIX VICTOIRES

news-details
VERDICT DE MONACO

Le collectif des avocats de Karim Wade se félicite de la décision rendue par la Justice de Monaco dans l’affaire de la traque des biens supposés mal acquis. « Pour la troisième fois, la justice de Monaco a refusé d’exécuter l’arrêt de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) du 23 mars 2015 qui a prononcé la condamnation de M. Karim Wade. Le pouvoir politique sénégalais a de nouveau échoué dans sa tentative acharnée de s’emparer des biens de M. Karim Wade et d’autres personnes condamnées en violation de la Constitution, des traités et conventions internationales de protection des droits de l’homme et des principes fondamentaux du droit », lit-on dans un communiqué parvenu à Emedia.sn.

Pour les avocats de l’ancien ministre, il est à noter que « c’est la dixième fois que l’État du Sénégal perd dans une procédure internationale contre M. Karim Wade. Toutes les juridictions internationales ont débouté systématiquement l’État du Sénégal et donné raison à M. Karim Wade dans son procès contre la CREI. Selon les robes noires qui assurent la défense du fils de l’ancien président de la République, le tribunal d’instance de Monaco a affirmé que la composition de la Cour était entachée d’une grave irrégularité, que la procédure suivie devant cette juridiction d’exception avait violé les droits de la défense et le principe de l’égalité des armes entre l’accusation et la défense. »

Me Ciré Clédor Ly et Cie insistent sur le fait que la plainte déposée à Paris par les autorités sénégalaises contre le fils de l’ancien président de la République a été « classée sans suite en l’absence de toute infraction caractérisée ». De quoi plaider « une machination de grande ampleur a été orchestrée pour priver M. Karim Wade d’exercer pleinement ses droits civiques et politiques et notamment d’être candidat à l’élection présidentielle. »

La dizaine de revers subis à l’international par le pouvoir est ainsi vue comme un renfort en faveur de Karim Wade « dans sa détermination à lutter contre l’arbitraire, les violations de l’État de droit et des libertés publiques, les atteintes au libre exercice de la démocratie », mentionne-t-on dans le document.

Vous pouvez réagir à cet article