LES AVOCATS DE KARIM WADE JUBILENT

news-details
AVIS NATIONS-UNIES

Les avocats de Karim Wade ont fait une sortie, ce jeudi, pour exprimer leur satisfaction après la décision du Comité des droits de l’homme des Nations-unies du 22 octobre 2018. Lequel a considéré que l’arrêt de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) du 23 mars 2015, qui a condamné Karim Wade à une peine de 6 ans ferme et d’une amende de 138 milliards de franc CFA, viole l’article 14.5 du pacte international relatif aux droits civils et politiques de 1996 ratifié et signé par le Sénégal.

« Le Comité constate que la Cour suprême du Sénégal, qui était la seule juridiction pouvant être saisie par Karim Wade d’un recours contre l’arrêt de la CREI, s’est bornée à examiner des aspects formels ou des questions de pur droit, sans exercer le moindre contrôle effectif sur les faits allégués pour motiver la condamnation. Il en déduit que Karim Wade a été privé d’un droit fondamental qui lui est solennellement reconnu par le Pacte international. Le Comité ordonne à l’État du Sénégal d’assurer à Karim Wade un « recours utile », a expliqué le collectif des avocats dans un communiqué parvenu à emedia.sn.

Selon Me Ciré Clédor Ly et ses camarades, la décision du Comité des droits de l’homme retire toute valeur et toute portée à l’arrêt de la CREI et de la Cour Suprême, qui se retrouve sans effet. Ainsi, ils estiment que : « Les autorités sénégalaises ne pourront plus invoquer cet arrêt pour s’opposer à l’inscription sur les listes électorales de Karim Wade, candidat à l’élection présidentielle du 24 février 2019. Le prétexte invoqué pour interdire à Karim Wade de participer à cette élection vole en éclats ».

Vous pouvez réagir à cet article