LES AVOCATS DE MADIAMBAL DIAGNE PLAIDENT L’ANNULATION DE LA PROCÉDURE, VERDICT ​LE 17 JUIN

news-details
Procès en diffamation

Attrait à la barre du tribunal correctionnel de Dakar par le magistrat Souleymane Teliko, Madiambal Diagne, poursuivi pour diffamation, sera fixé sur son sort le 17 juin prochain. Le parquet n’a pas requis une peine contre lui. Il a, dans son réquisitoire, demandé l’application de la loi. Sa défense a plaidé l’annulation de la procédure.

Les deux robes noires qui ont assuré la défense du journaliste estime que la procédure est viciée. "Je n’ai absolument rien contre Souleymane Téliko. Il le sait. Je l’estime. Mes confrères ont fait une sombre présentation de notre client. Vous ne pouvez pas entrer en voie de condamnation. Pour avoir une décision exemplaire, il faut avoir une procédure exemplaire. Elle n’est pas bonne. Me Ciré Clédor est conscient du vice qui entache la procédure" a plaidé Me Abdou Dialy Kane.

À son avis, dans la citation, aucune disposition du code pénal n’a été citée. Ce qui, à ses yeux, est une violation des droits de la défense. Car, pense-t-il, on devait mentionner les dispositions pour asseoir le délit de diffamation. "Madiambal n’est ni le directeur de publication, ni l’auteur. On ne peut pas le poursuivre pour diffamation. Il est complice. Le directeur de la radio et le journaliste présentateur de l’émission sont les principaux auteurs. On ne peut pas reconnaître un prévenu coupable dans une procédure viciée" a expliqué Me Kane.

Puis, il estime normal qu’on ne parle que de Teliko dans cette affaire. D’autant que cela est lié à son statut. "Souleymane Téliko est le président de l’Ums. Quand on dirige une association, c’est lui qu’on attaque. Cela n’obéit à aucune volonté de nuire. Notre client n’a pas publié quelque chose qui est inventé. Il fonde son propos sur un rapport même s’il ne s’agit pas de détournement" explique l’avocat.

Son confrère, Me Baboucar Cissé abonde dans le même sens. Pour lui, la citation directe servie à leur client est nulle et, défie-t-il " jusqu’à l’extinction du soleil, vous ne pouvez pas la régulariser. Le certificat indiquant la réception de la citation n’est pas versé dans le dossier. On ne respecte pas l’article 624 du code de procédure pénale. La procédure est nulle sur plusieurs aspects", plaide-t-il tout en demandant l’annulation de la procédure.

Vous pouvez réagir à cet article