LES CARENCES DANS LA COMMUNICATION DU GOUVERNEMENT MISES À NU

news-details
LR DU TEMPS

Le débat sur le l’acquisition du nouvel avion de commandement de la République du Sénégal ne dégonfle pas. Il est toujours maintenu par les détracteurs du régime qui pensent qu’avec le contexte actuel, ce n’était pas le moment. Pour les invités de l’émission LR du temps, si l’achat de cet avion présidentiel a créé autant de polémique, c’est parce que le Gouvernement a pêché dans la communication.

Directeur du laboratoire GIRES, Amadou Sarr Diop, enseignant chercheur à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar est de cet avis. Selon lui, le véritable problème, c’est un problème de communication. Car, pour lui, les arguments développés par les collaborateurs du président de la République pour justifier l’achat de l’appareil sont acceptables. D’autant que ce sont des arguments sécuritaires et techniques. « Si l’achat constitue un débat, c’est parce que, du point de vue communicationnel, l’Etat a des problèmes », a expliqué le professeur qui relève également une crise de confiance que les citoyens ont sur le Gouvernement à cause de ses erreurs en matière de communication.

Il fait remarquer que, de plus en plus, les gens ne croient plus à ce que dit le Gouvernement. De même, il a fait savoir que le ministre porte-parole du Gouvernement, en évoquant le secret défense pour éviter de donner le prix de l’avion, a raté sa communication.

À son avis, ce dernier a fait une sortie malencontreuse. « Si le gouvernement avait communiqué depuis 2009 sur l’urgence et l’utilité de l’achat d’un avion, il n’y aurait pas un problème », dit-il. Son co-débatteur, Aboubakar Sadikh Bèye, a abondé dans le même sens. Ce dernier, professeur titulaire de classe exceptionnelle à la faculté des sciences techniques de l’UCAD, estime que s’il y a eu cette controverse-là, c’est qu’il n’y a pas eu la communication qu’il fallait au départ.

« Si l’Etat souverain, a examiné et vu la nécessité et l’opportunité d’acheter un avion, c’est à partir de ce moment qu’il fallait communiquer », analyse-t-il. « Il y a, ajoute-t-il, un déficit de communication et, la responsabilité incombe aux collaborateurs du président de la République qui devaient piloter ce dossier ». D’après l’enseignant, les citoyens devraient connaître le coût de cet appareil, son usage, ses caractéristiques, comment il doit être aménagé.

Le ministre des Finances et du Budget, Abdoulaye Daouda Diallo, a révélé que cet avion A320 néo a coûté la somme de 57.447.235.356 FCFA et l’acquisition a été budgétisée dans les Lois de finances initiales de 2019, 2020 et 2021.

Vous pouvez réagir à cet article