image

LES CASSEROLES ONT IMPOSÉ LEUR LOI

image

Durant un quart d’heure, les casseroles ont rebattu les oreilles des Dakarois hier. L’appel lancé par Ousmane Sonko à ses militants et aux Sénégalais de faire un concert de casseroles a été suivi dans beaucoup de quartiers de Dakar et dans d’autres régions. Les vuvuzelas n’étaient pas audibles.

Les cuisines ont été vidées hier de leurs ustensiles. L’appel du concert de casseroles, lancé par le leader de Pastef, a été largement suivi hier par les militants et sympathisants de Yewwi askan wi. Et peut-être d’autres. Dakar et d’autres régions de l’intérieur ont fait du bruit. Parfois, pas forcément pour la cause attendue, mais par simple challenge. Bien avant le coup d’envoi donné par Ousmane Sonko, les rues de la capitale grouillaient déjà de monde. Telle une avalanche, des jeunes, pour la plupart, ont envahi les artères de la capitale, en rivalisant de bruit, produit par les ustensiles de cuisines : paire de couvercles de marmite, casserole, poêle, etc., tout ce qui est susceptible de créer le moindre bruit est le bienvenu.

Au Point E, tout au long du canal 4, les scooters, les taxis et quelques véhicules en trombe répètent les klaxons, sous les vivats de certains curieux sur leurs balcons, criant « Sonko ! Sonko ! Sonko ! ». A l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, c’était l’épicentre du grand tohu-bohu. Une bonne partie des étudiants s’est illustrée avec ce tapage de quelques minutes. Ils se sont formés en groupes et ont fait des tours dans tous les sens. On entend un sempiternel refrain prouvant leur soutien à Ousmane Sonko. Deux jours avant, un affrontement a eu lieu entre deux camps d’étudiants à cause de ce concert de casseroles. La situation était identique à Médina et Gueule Tapée.

L’ambiance était festive dans les rues et les angles. Les jeunes sont sortis massivement faire du vacarme avec les moyens du bord. Certains ont poussé à l’excès, tambourinant sur les bus et les véhicules particuliers. D’après les informations reçues par Bés bi, le concert de casseroles a été également suivi dans le sud du pays. A Ziguinchor, hommes et femmes ont arpenté les rues pour répondre à l’appel de leur maire. Le coup semble réussi pour le leader de Pastef, qui avait invité ses militants à faire beaucoup de bruit avec des casseroles et cela, durant 10 mn pour manifester leur colère contre Macky Sall. Chose qui n’a pas été interdite par le pouvoir public, qui l’a, cependant, surveillée de près. Et par moments, sur les réseaux sociaux, l’on aperçoit quelques vuvuzelas recommandées par le ministre Abdou Karim Fofana pour contrer Yewwi. Comme le dit l’adage, la casserole qu’on surveille ne déborde jamais. Ça n’a pas débordé comme on le craignait.

Fodé B. CAMARA

23 juin 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article