image

AAR SÉNÉGAL ÉTALE SES PROPOSITIONS

image

La coalition Aar Sénégal a présenté, hier, son contrat de législature. Il s’agit d’un document composé de 14 réformes majeures « pour une quatorzième législature de rupture ».

Aar Sénégal a dévoilé, hier, ses ambitions pour la prochaine législature. De l’avis des leaders qui ont pris la parole à tour de rôle, l’Assemblée nationale « manque de crédibilité » et « surtout de sérieux ». Au coordonnateur Abdourahmane Diouf de déclarer : « Nous voulons une Assemblée crédible pour le bien du peuple sénégalais. C’est pourquoi nous sommes une coalition responsable. La preuve, nous avons respecté la loi pendant le dépôt des listes de candidature. Nous n’avons commis aucune faute. Nous avons déposé dans les règles de l’art. » Pour mieux réussir sa mission, la formation politique en question a produit un document appelé « Contrat de legislature » qui compte 14 réformes touchant différents domaines. Il s’agit pour Thierno Alassane Sall, leur tête de liste nationale, et ses camarades, entre autres points sur l’éducation, de procéder à une « évaluation globale » des politiques publiques liées à l’enseignement, avec des programmes scolaires et universitaires au Sénégal. Pour une meilleure prise en charge des Daaras, Aar Sénégal propose « de faire de chaque école coranique, une entreprise et de son promoteur un entrepreneur ».

Une réorganisation de l’Assemblée nationale et fin du cumul des fonctions
Pour le bon fonctionnement de l’Assemblée nationale, Aar Sénégal promet d’attribuer, de droit, deux postes de vice-président à l’opposition. Mais, en plus de cela, elle s’engage à désigner un membre de l’opposition à la présidence de la Commission des finances de l’Assemblée. Et ceci, dissent-ils, « pour éviter les connivences et le gaspillage ». Toujours dans la logique de réorganiser l’hémicycle, cette coalition de l’opposition suggère, dans son contrat, l’interdiction systématique des cumuls de mandats électifs ou fonctions normatives. « Le député ne pourra pas cumuler ses fonctions avec celles de président ou de vice-président d’une collectivité territoriale. Nous proposons de mettre fin à l’ère des députés-maires et des ministres-maires », ont-ils promis.

Elhadji Fodé SARR

10 juin 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article