image

LES CONTOURS DU PARTENARIAT QUI LIE L’ONAS ET LA SONAGED

image

L’ONAS et la SONAGED (ex-UCG) ont noué un partenariat pour améliorer les conditions de vie des populations. Selon le patron de l’Onas, Dr Ababacar Mbaye, ces deux entités ont une mission commune : celle d’assurer un meilleur cadre de vie aux populations en instaurant une gestion rationnelle des déchets solides et liquides. Par ailleurs, il est d’avis que les défis sont nombreux et les chantiers immenses.

« En effet, beaucoup de personnes continuent de jeter des déchets dans la rue, dans des ouvrages d’assainissement en dépit des campagnes d’information, d’éducation et de communication. Le moment est venu pour les deux services de l’État d’unir leurs forces afin de jeter les bases durables du changement de comportements. La SONAGED et l’ONAS gagneraient à travailler en synergie afin d’amener les populations à faire de la gestion de leur cadre de vie, leur affaire et non uniquement celle de l’État », a-t-il soutenu. Avant de poursuivre : « c’est pour cela que nous nous invitons les riverains de la zone de captage, les chauffeurs, les mécaniciens, les vendeurs et les vendeuses à être des vecteurs des bonnes pratiques, des sentinelles de lutte contre l’insalubrité, des vigies de la préservation des ouvrages d’assainissement. L’obstruction des réseaux par du sable et des déchets est à l’origine de leur dysfonctionnement entrainant des inondations ou des reflux d’eaux usées dans certains quartiers ».

De son côté, Mass Thiam, Dg de SONAGED (ex-UCG) a rappelé qu’il y’a une forte convergence entre la gestion des déchets solides et les déchets liquides. « Donc, nous avons choisi ce point symbolique qu’est la zone de captage et ça nous a permis de faire le tour de l’ensemble des problèmes qu’il y’a dans le quartier, mais aussi de prendre des engagements immédiatement faisables », a-t-il aussi indiqué. Selon lui, ils vont mettre en place un dispositif de collecte de données tout-au-tour du bassin parce qu’ils se sont rendus compte qu’il y’a beaucoup de charretiers et autres qui continuent à dépoter les déchets directement dans le lac ce qui crée une sorte de nuisance.

« De manière pratique, nous allons mettre quatre à cinq points de captures de déchets tout-au-tour du lac. Ce qui va créer également de l’emploi. J’ai le plaisir d’annoncer ici que nous allons mettre ici une vingtaine d’emplois jeunes qui habitent dans la zone de captage et qui seront dédiés à la surveillance des points. Et le dispositif qu’on avait mobilisé en relation avec l’Onas pour faire le curage du bassin sera maintenu », a dit Mass Thiam. Il a déclaré par la même occasion qu’ils sont dans une logique de pérennisation et ce n’est que le début avec Onas. « Parce qu’on a un plan d’action qui enjambe le territoire national. Le préfet de Ziguinchor m’a contacté et souhaiterait un appui dans le cadre de cette convention. On a eu aussi des demandes similaires à Wakhinane Nimzatt, mais aussi à la mairie de Tivaoune-Diacksao. Par ailleurs, l’ensemble des maires qui ont des problèmes particuliers peuvent faire appel à l’Ucg et à l’Onas », a-t-il conclu.

Cheikh Moussa SARR

21 juillet 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article