LES DÉTAILS DU CRASH : DEUX RESSORTISSANTS OUEST-AFRICAINS PARMI LES VICTIMES

news-details
CATASTROPHE AÉRIENNE

Nous en savons un peu plus sur le crash du Boeing d’Ethiopian Airlines. Selon un communiqué de l’une des plus importantes compagnies aérienne d’Afrique, lu à Emedia.sn, les 149 passagers et 8 membres de l’équipage sont morts après que l’avion s’est écrasé ce dimanche matin, près de la ville de Bishoftu, à 62 kilomètres de la capitale éthiopienne, Addis-Abeba.

La compagnie a également confirmé que les ressortissants de 33 pays différents avaient ainsi perdu la vie dans le drame. Nous avons joint le ministère des affaires étrangères pour vérifier s’il n’y avait pas de Sénégalais parmi les victimes, étant entendu qu’il y en a beaucoup qui travaillent au sein de la compagnie éthiopienne, des hôtesses notamment, mais également parce que la compagnie est très régulièrement utilisée par nos compatriotes. La réponse servie par notre source est qu’il n’y avait aucune notification allant dans ce sens, sans plus de détails. La sortie du PDG de la compagnie, Tewolde Gebremariam, conforte l’idée qu’il n’y aurait pas beaucoup de ressortissants de pays ouest-africains parmi les victimes. Selon une autre source non officielle, il n’y en a que deux : un Togolais et un Nigérian, compte non tenu de deux autres victimes non encore identifiées et d’un passager ayant voyagé avec un passeport onusien.

En effet, si l’on en croit M. Gebremariam, en plus de ses compatriotes éthiopiens et de Kenyans, majoritaires à bord avec les Canadiens au nombre de 18, il y avait également des Américains,, des Français, trois Russes, quatre Slovaques. Deux de ces derniers seraient l’épouse et le fils d’un homme politique selon le journal slovaque Pravda qui n’a pas donné plus de détails.

Sur les réseaux sociaux, Ethiopians Airlines a publié le lieu de l’impact. Le PDG de la compagnie a, lors de sa conférence de presse qui a suivi le drame, révélé que les pilotes du vol ont signalé à la tour de contrôle d’Addis Ababa des difficultés avec l’avion. Autorisés à retourner en urgence à l’aéroport, il n’ont pu redresser la barre avant le crash survenu quelques minutes après la catastrophe aérienne, tandis que le site flightradar24 a annoncé avoir enregistré une vitesse verticale « instable » après le décollage de l’avion qui devait relier Addis-Abeba à Nairobi, les capitales d’Ethiopie et du Kenya.

Selon The Planespotters, base de données sur les flottes d’avions civils, la compagnie aérienne n’a réceptionné ce Boeing 737 MAX 8 qu’en novembre dernier. Le PDG de la compagnie aérienne, cité par Reuters, a déclaré que l’avion « n’avait pas de problèmes techniques connus », même si d’autres sources affirment qu’il s’agit du même modèle d’avion que celui de la compagnie Lion Air qui s’était écrasé le 29 octobre dernier en mer de Java. Au mois de décembre dernier, The Wall Street Journal, révélait « l’étalonnage incorrect d’un détecteur de vitesse lors de la maintenance » aurait été à l’origine de la chute du Boeing 737 MAX 8. Aucune des 189 personnes présentes à bord n’avait alors survécu au crash.

A travers un communiqué repris par l’AFP, le constructeur aéronautique Boeing s’est déclaré « profondément attristé attristé d’apprendre le décès des passagers et de l’équipage du vol 302 d’Ethiopian Airlines de l’avion 737 MAX 8 ».

Vous pouvez réagir à cet article