image

LES ÉGYPTIENS N’ONT D’YEUX QUE POUR SADIO MANÉ

image

C’est à 21 heures que l’avion d’Air Sénégal immatriculé HC7000/SZN7000 a foulé le tarmac de l’aéroport international du Caire en provenance de Marrakech. Un vol spécial qui a quitté le Maroc vers 16h30, avec à son bord, la délégation de l’équipe nationale du Sénégal forte de 58 personnes, venue en découdre avec l’Égypte, sa toute dernière victime au mois de février dernier. Mais, ce n’est que plus d’une heure après qu’ils sont finalement sortis de l’aéroport pour regagner le bus spécialement décoré aux couleurs des récents champions d’Afrique, qui les attendait à la sortie depuis l’après-midi. La raison d’un temps si long : un des passeports était invisible et il fallait le montrer pour passer les barrières de la police des frontières.

Finalement, les 57 autres membres de la délégation, dont les 26 joueurs, le staff technique et les responsables fédéraux, ont dû quitter la salle de débarquement pour rejoindre le bus à 22h09, en attendant que la situation du passeport perdu soit gérée. De Sadio Mané, sorti en premier, à Youssouf Sabaly, dernier à se pointer, ils étaient tous là, les visages graves, sans doute concentrés sur l’objectif qui les attend dans l’un des stades les plus inhospitaliers d’Afrique. Ils viennent de se gaver, mais les Champions d’Afrique ont encore plus faim que jamais.

Tout est sobre dans le protocole de leur arrivée, même l’accueil, aussi glacial que le froid qui sévit sous le ciel cairote. 8 degrés. Les quelques rares envoyés spéciaux (au nombre de sept) de la presse sénégalaise présents sur les lieux ainsi que les agents de l’ambassade du Sénégal au Caire, mais surtout un Sénégalo-Égyptien très excité (voir par ailleurs) jouent aux hôtes pour saluer et souhaiter la bienvenue aux Lions, tandis que les Égyptiens présents sur les lieux sont partagés entre crainte et admiration.

Dans moins de 48 heures, les visages de leurs cauchemars du 6 février ressurgiront pour affronter leur sélection nationale. Un mois et demi plus tard, c’est dans un tout autre contexte que les deux équipes finalistes de la CAN Cameroun 2021 se retrouvent pour un “mortal Kombat” avec comme principal enjeu, un ticket de participation à la Coupe du Monde Qatar 2022.

De nos envoyés spéciaux au Caire
BNF, Pape M. DIAW et Sidy NIANG

24 mars 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article