LES ENSEIGNANTS DE PASTEF-ZIGUINCHOR EXIGENT LA LIBERATION DE LEURS CAMARADES

news-details
AFFAIRE SONKO

Le mouvement des enseignants du parti Pastef – Les Patriotes de Ziguinchor dénonce les arrestations tous azimuts dont celle de leur collègue, Jean Biaye, et sonnent la mobilisation autour de leur leader, Ousmane Sonko.

Le coordonnateur du mouvement des enseignants du Pastef-Ziguinchor, Moussa Sané, évoquant "une cabale et un complot politique" organisé par le régime en place, soutient mordicus que le camp du chef de l’État, Macky Sall "a fini de démontrer la haine contre (leur) parti et contre leur leader politique, Ousmane Sonko."

Poursuivant, il dénonce les "nombreuses arrestations arbitraires de leurs responsables politiques partout au Sénégal notamment celle de Biram Soulèye Diop, Abass Fall, pour ne citer que ceux-là. La liste est longue et loin d’être exhaustive."

Ces enseignants, demandant "l’arrêt immédiat" des arrestations tous azimuts des militants de Pastef, exigent "la libération immédiate et sans condition de tous les prisonniers et otages politiques."

Parmi eux, Sané et Compagnie attirent l’attention des syndicats d’enseignants sur le cas de leur collègue Jean Biaye, enseignant au Lycée de Cabrousse, arrêté cette semaine en plein cours, et celui de Dame Mbodj. "C’est inacceptable", chargent-ils, interpellant la société civile, et les autorités religieuses et coutumières de ce pays, en particulier celles de la Casamance.

Face à la presse, jeudi dernier, la veille de la plénière convoquée à l’Assemblée nationale pour la levée de son immunité parlementaire, l’opposant et leader du Pastef – Les Patriotes avait énuméré plus d’une trentaine de ses militants et soutiens mis aux arrêts, dont Guy Marius Sagna, Assane Diouf et Clédor Sène.
D’autres arrestations ont suivi dont celle d’un groupe de femmes du Pastef. Qui, après la levée de l’immunité parlementaire du député Ousmane Sonko, avaient lancé une manifestation spontanée. Les « Linguères » du Pastef ont été stoppées devant le domicile de leur leader.

Peu près, leur avocat, Me Cheikh Koureyssi BA, indiquant que "la rafle se poursuit", annonçait que Karim Gueye dit Xrum Xax, Dame Mbodj et 18 autres personnes ont été placées en garde-à-vue. Ce, pour participation à un attroupement sur la place publique, et violation de l’arrêté n°00-2555 en date du 19 février 2021 du ministère de l’Intérieur, relatif aux mesures en vigueur dans le cadre de l’état de catastrophe sanitaire décrété par le chef de l’État, Macky Sall, afin de réduire la propagation de la Covid-19.

Guy Marius Sagna, assisté par Me Moussa Sarr, a été placé sous mandat de dépôt. Ce, au moment où Assane Diouf et Clédor Sène ont été renvoyés à demain lundi. Le trio, arrêté après la fuite d’un audio, risque gros puisque leur dossier a été criminalisé. Il leur est reproché les chefs d’inculpation de provocation à des crimes et délits, organisation d’un mouvement insurrectionnel, et association de malfaiteurs.

Vous pouvez réagir à cet article