LES ÉTABLISSEMENTS DE FORMATION PROFESSIONNELLE PRIVÉE CRIENT LEUR RAS-LE-BOL

news-details
FONDS FORCE COVID-19

La formation professionnelle privée est laissé en rade par rapport au fond de résilience économique que l’Etat a mis en place. Considérés comme des entreprises privées, les responsables d’écoles et instituts qui œuvrent dans ce secteur crient leur ras-le-bol. « Il n’y a aucun appui de l’Etat nous concernant. Il (Etat) nous parle que du Fonds de garantie des Investissements prioritaires (Fongip) sans aucune précision dans le mode opératoire. Cela veut dire qu’ils nous renvoient encore vers les banques. C’est de la diversion », a déploré le Coordonnateur du collectif des instituts de formation professionnelle privés, Mbacké Guèye. Il était l’invité de ’’Kenu Askan Wi’’ sur Itv.

D’après Mbacké Guèye, les 2/3 soit près de 80% de l’effectif de la Formation professionnelle sont dans les écoles de formation privée. Ce qui veut dire que ce secteur joue un rôle non négligeable dans le domaine de l’éducation des jeunes. « Pour donner des emplois aux jeunes, il faudrait qu’ils soient formés. Nous sommes des unités économiques, certes, mais nous accompagnons l’Etat dans sa politique de formation professionnelle », a-t-il rappelé. D’après M. Guèye, ses collègues qui n’avaient pas fini de recouvrer leur paiement du mois de février se retrouvent dans des difficultés d’honorer leurs charges locatives et autres. « Nous ne sommes pas dans des marchandages. Mais, les autorités doivent savoir que nous avons un outil de travail à préserver », relève Guèye.

Le 1er mai passé, le ministre de la Formation professionnelle et de l’Artisanat, Dame Diop, reconnaissait l’impact négatif de la Covid-19 sur son secteur. Il avait à cet effet annoncé un fond d’appui pour les professionnels. « Il y a un fond de résilience destiné aux structures privées de formation ou de l’éducation. Ce sont des structures qui ont des missions de services privés et qui ont été impactées par la pandémie. Nous avons un plan de résilience que nous allons soumettre au président de la République. Très prochainement, nous allons délivrer les contours de ce plan qui ira aux structures privées de formation et d’éducation », relevait le ministre Dame Diop. Interpellé sur la question, Mbacké Guèye révèle qu’ils (les responsables d’école formation professionnelle privé) n’ont reçu aucune somme.

Vous pouvez réagir à cet article