LES ÉTUDIANTS NON ORIENTÉS DURCISSENT LE TON ET MENACENT

news-details
Enseignement supérieur

Ils sont plus de 6000 étudiants qui, depuis la rentrée des classes, courent derrière leur orientation. En vain. Ces derniers durcissent le ton et annoncent des perturbations pour se faire entendre. Constitués autour d’une plateforme récemment, ils ont organisé, un point de presse, pour avertir les autorités.

Selon Souleymane Diouf, ces bacheliers réclament ce qui leur revient de Dakar d’autant plus qu’ils ont bossé dur pour réussir leur examen. Donc, ils ont le droit de réclamer une orientation afin de démarrer leurs études supérieures comme leurs camarades. « Nous n’accepterons pas d’être sacrifiés par le Gouvernement. Depuis lors, nous avons tapé à toutes les portes, mais les autorités font la sourde oreille. Personne ne se soucie de notre avenir », a constaté leur porte-parole Souleymane Diouf qui indique que l’heure a sonné de passer à la vitesse.

« Nous avons usé toutes les voies légales pour nous faire entendre, en vain. Nous allons accélérer la cadence. Nous allons passer à la vitesse. Si d’ici quelques jours, la situation n’est pas réglée, nous allons investir la rue. Et nous ne serons pas responsables des conséquences qui en découlent parce que nous avons déjà averti », prévient-il.

Le collectif des étudiants non-orientés interpelle directement le chef de l’Etat en lui demandant d’intervenir pour trouver un dénouement rapide de leur dossier.

Vous pouvez réagir à cet article