image

LES EXPORTATIONS REPRENNENT MAIS…

image

Un jour d’arrêt, et puis ça reprend. Suite à l’annonce du retrait temporaire des Russes de l’accord qui permettait de faire transiter les céréales ukrainiennes par la mer Noire, le trafic a repris ce lundi 31 octobre. Pour nous remettre dans le contexte, rappelons que la Russie s’est retirée de l’accord de la “Mer noire”. Dans le milieu de la finance, on craignait une hausse des prix des céréales ce lundi, ce qui n’a pas manqué. En effet, RFI annonce que le prix du boisseau de blé a pris près de 5,9 %, celui maïs + 2,2% et celui du soja + 0,8% à l’ouverture de la Bourse de Chicago.

D’après Marine Traffic, citée par la même source, “deux navires, Admiral de Ribas (pavillon de Palau) et Mount Baker (Hong Kong) ont quitté le port ukrainien de Chornomorsk, près d’Odessa, chargés de céréales, à destination de la Turquie” et quatre autres “dont un - le Ikaria Angel- affrété par le Programme alimentaire mondial et destiné à Djibouti avec 30.000 tonnes de blé à son bord et un autre sous pavillon turc, se sont engagés dans le corridor maritime humanitaire en direction du Bosphore et de la Turquie”. Et d’autres cargos sont prévus dans la journée.

Cependant, la garantie de la sécurité du trafic, qui a repris malgré le retrait de la Russie de l’accord, reste une question en suspens. La Russie prévient qu’il est “difficile” et “dangereux” de reprendre le trafic. Et sur ce, le coordinateur des Nations unies pour l’Initiative sur les céréales ukrainiennes Amir Abdulla avertit dans un tweet : “aucun cargo civil ne doit devenir une cible militaire, ni être retenu en otage. L’alimentation doit passer”.

Face au risque d’un arrêt des exportations de céréales ukrainiennes, la Russie pourrait en fournir gratuitement au pays qui seront dans le besoin. Ce qui pousse le directeur du club Demete Sébastien Abis à faire cette analyse sur la politique russe :"si on vous donne des céréales gratuitement ou on vous garantit de vous livrer des céréales même si vous les payez au prix fort du marché, on compte sur vous pour ne surtout pas nous critiquer, mais au contraire nous aider aux Nations unies, dans les votes et dans le récit général sur cette guerre en Ukraine", propos tenus au micro de Nicolas Feldmann de RFI.

Harouna DIENG (Stagiaire)

1er novembre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article