LES FEMMES EN SITUATION DE HANDICAP RÉCLAMENT PLUS D’ACCOMPAGNEMENT

news-details
SANTÉ DE LA REPRODUCTION

Les femmes vivant avec un handicap réclament plus d’accompagnement en matière de santé reproductive. Leur plaidoyer est porté par Ndeye Daga Gueye, la présidente du Comité des femmes de la fédération sénégalaise des associations de personnes handicapées, sur iRadio (90.3).

"Il faut dire qu’en raison de leurs spécificités qui résident dans leur santé de la reproduction, elles ont des problèmes de santé spécifique, a-t-elle relevé. Certaines, qui ont un handicap moteur assez lourd, ont des problèmes pour porter une grossesse, et même pour mettre au monde un enfant. Ce qui veut dire qu’elles ont besoin d’être informées et d’être accompagnées. Parce qu’on nous dit que la césarienne est gratuite mais il y a d’autres éléments qui méritent d’être pris en compte pour ces femmes-là."

D’où son appel "pour la prise en charge du paquet de services concernant la césarienne autant l’acte, les médicaments, le séjour à l’hôpital, etc."

Par ailleurs, la présidente a souligné pour le regretter "qu’en raison de leurs spécificités, et surtout des préjugés qui sont plus accentués chez ces femmes handicapées, ces dernières vivent des violences symboliques, des violences morales et psychologiques." Avant de marteler : "en raison des préjugés la plus part du temps, il est relaté des femmes handicapées mentales qui sont violées. Il arrive très souvent que certaines familles n’acceptent pas d’avoir de belles-filles handicapées. On voit cela. Par rapport aussi aux violences physiques, les viols et autres, il faut dire que les femmes handicapées sont plus exposées. Au Sénégal, le chiffre d’analphabétisme est plus élevé chez ces femmes que chez les hommes".

Vous pouvez réagir à cet article