image

"LES FEMMES ONT TOUJOURS CONSTITUE UNE PRIORITE POUR LE PRESIDENT SALL"

image

Lors de son discours de fin d’année, le président de la République, Macky Sall, a réaffirmé son engagement à mettre les jeunes et les femmes au cœur de ses préoccupations. Réagissant à ce propos, le ministre chargé de la microfinance, de l’économie sociale et solidaire estime que les femmes ont toujours constitué une priorité pour le président de la République. Zahra Iyane Thiam a soutenu que : "c’est tout à fait normal pour un discours de fin d’année qu’il (le président Macky Sall) puisse revenir non seulement sur tout ce qui est fait à l’égard des femmes pour leur bien-être, leur autonomie mais surtout leur émancipation économique et sociale.

Et cela, dit-elle, va de la sécurisation de leurs droits notamment en passant par tout ce qui doit encadrer les violences, tout ce qui doit réprimer les violences faites aux femmes. Mais également par des conséquences qui peuvent un peu justifier ces violences là. Puisque la violence elle peut physique certes, mais elle peut aussi être économique, sociale". Selon elle, c’est comme ça qu’il faut comprendre toutes les politiques qui visent à rendre les femmes autonomes économiquement. Mme Zahra Iyane Thiam rappelle qu’il y’a des politiques telles que le modèle entrepreneurial de l’économie sociale et solidaire mais aussi l’accès aux services financiers à travers les mécanismes de la Der, du nano-crédit qui est justement, selon elle, une réponse à ce besoin qu’ont les femmes à entreprendre à partir de leurs réalisations, à partir de leur condition, à partir de leur besoin.

Par ailleurs, elle a indiqué que : "nous avons mis un cadre réglementaire à travers la loi d’orientation de l’économie sociale et solidaire qui consacre plus d’opportunités pour l’entrepreneuriat des femmes. Ce, à travers l’encadrement, la structuration et l’organisation et ça sera le défi pour nous en 2022. C’est de prolonger les initiatives et les opportunités avec un soubassement fort".

Le ministre de la microfinance, de l’économie sociale et solidaire a annoncé également l’opérationnalisation très prochainement du fonds national de la microfinance qui, à travers le refinancement au niveau des institutions de microfinance pourra garantir une baisse considérable du taux d’intérêt au bénéfice de l’entrepreneuriat des femmes.

Outre cela, Mme Zahra Iyane Thiam renseigne qu’il y’a plusieurs programmes de l’Etat qui fournissent aujourd’hui des services avec des taux allégés. "Les taux varient entre 5 et 10% contrairement à ce qui est accepté dans la zone. Puisque les taux d’intérêt sont fixés de manière communautaire. C’est plafonné par la Bceao à 24%. Et à travers les programmes mis en place par l’Etat, nous avons des taux d’intérêt qui sont compris aujourd’hui entre 5 et 10%", a-t-elle déclaré.

Avant de dire : "cela reste élevé mais il y’a d’autres mécanismes et d’autres efforts à être faits et c’est dans cette perspective que le Fonamif a été créé et nous comptons avoir des taux stabilisés en deçà de 10%. Mais cela devra aussi prendre en compte de conserver le secteur de la microfinance. Donc, 2022 sera une année où il faudra prendre en charge toutes ces questions là. Nous ferons les assises de la microfinance pour voir quelles doivent être les nouvelles perspectives ? Quelles doivent être aussi les nouvelles réponses qu’on doit amener pour un secteur qui depuis 1983 a fini de démontrer son importance dans la prise en charge notamment du secteur informel mais une prise en charge qu’il faut mieux adapter à la réalité économique des bénéficiaires".

Cheikh Moussa SARR

1er janvier 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article