LES GRANDS OBSTACLES À LA POLITIQUE ANTI-TABAC

news-details
GAMBIE

Trois ans après son adoption, la loi anti-tabac est entrée en vigueur le mois dernier en Gambie. Ainsi, il a été notifié aux restaurateurs et hôteliers que la cigarette est désormais interdite sur leurs lieux de travail. Idem pour la consommation de la chicha qui est très tendance dans le pays. Pourtant, dans la pratique, cette loi sera difficile à appliquer pour plusieurs raisons.

BANJUL - Près de deux mois après son entrée en vigueur, la loi anti-tabac a du mal à être vulgarisée a travers le pays. D’ailleurs, Il n’est toujours pas difficile de trouver des fumeurs dans la rue. C’est le cas d’Abdoul Aziz Coly, jeune trentenaire, cigarette à la main que nous retrouvons assis à côté d’un grand rond-point de la capitale gambienne.

Addiction à la cigarette

C’est devenu une seconde nature chez lui, à chaque repas, il ne peut se passer de la cigarette depuis son jeune âge. « Fumer me donne une sensation forte, révèle-t-il. A chaque fois que je le fais je suis soulagé même si je sais que fumer n’est pas bon de surcroit en public. Je trouve que c’est une très bonne chose la loi anti-tabac qui interdit de fumer en public mais son application pose problème c’est le seul hic. Cette interdiction peut mener à la longue à l’abandon de la cigarette ».

Objectif : réduire le taux de tabagisme

Rendre la vie des fumeurs difficile et réduire le taux de tabagisme : tel est l’objectif de cette loi initiée par le Ministère de la Santé. Omar Badjie, responsable anti-tabac au Ministère gambien de la Santé annonce les contours de cette loi. « Il est interdit de fumer à moins de 100 m d’une autre personne. Il est également interdit de fumer dans un espace public, cela veut dire que dès que 2 à 3 personnes sont présentes ». Et le moins que le puisse, c’est que cette loi rencontre l’assentiment des Gambiens.

« J’approuve entièrement cette loi anti-tabac. Elle vient à point nommé, se félicite Mouhamed, jeune soudeur. Quelle que soit sa forme, la cigarette est mauvaise. L’interdire en public est une très bonne chose, salue Amy Mbaye, jeune gambienne au physique imposant ».

Manque de statistiques et loi sévère

Il n y a pas de statistiques sur le taux de tabagisme en Gambie, mais il reste élevé selon Dr Ahmed Diéré, du grand hôpital de Banjul. « Je pense que les pathologies liées au tabac sont très nombreuses à travers le pays. En tant que chirurgien, il est très fréquent de voir des maladies de diverses formes de cancer comme la leucémie. Toutes ces maladies étaient quasiment méconnues ici », observe-t-il.

La Gambie a-t-elle les moyens de ses ambitions ? Toujours est-il que la loi anti-tabac reste très sévère : les contrevenants paieront une amende 250.000 dalasi, environ 36.000 FCFA et risque une peine d’emprisonnement de trois mois. Mais plusieurs mois après son entrée en vigueur cette loi n’a été accompagnée d’aucune campagne de communication : aucun spot publicitaire à la télévision, à la radio ni dans les colonnes de journaux. A tel point que certains ironisent pour dire que « c’est une loi faite pour les tiroirs ».

Certains Gambiens suggèrent même l’augmentation du prix du paquet de cigarettes relativement moins cher en Gambie pour lutter plus efficacement contre le tabagisme.

Vous pouvez réagir à cet article