LES INQUIÉTUDES DE CHEIKH BAMBA DIÈYE, LA PROPOSITION DE GADIO

news-details
CORRUPTION-DROGUE- PAUVRETÉ

Dans un environnement où le Sénégal est « devenu un terreau » pour la corruption, la drogue, et la pauvreté, le député Cheikh Bamba Dieye, qui fait la remarque, interpelle le gouvernement sur les stratégies qu’il entend « poser » pour trouver des solutions. D’autant que s’inquiète le député (opposition), ces fléaux causent « d’énormes préjudices » au pays, s’adressant à Abdoulaye Daouda Diallo, le ministre des Finances et du Budget, en compagnie de ses collègues Amadou Hott, ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération, et Samba SY, en charge du Travail, du Dialogue social, et des Relations avec les Institutions, à l’Assemblée nationale.

Dans ce sillage, Cheikh Tidiane Gadio, député (BBY, majorité parlementaire) propose « de bâtir un consensus national dans la lutte contre l’économie criminelle ». Laquelle est en train de causer « des ravages en Afrique de l’Ouest », dit-il, soutenant que « les narcotrafiquants ne doivent pas pervertir notre économie ».

Par ailleurs, les tendances haussières notées sur la dette publique inquiètent, également, certains parlementaires tels qu’Ousmane Sonko. Ce dernier qui a ouvert le feu, le premier sur une liste forte d’une soixantaine de députés, inscrits pour les discussions relatives aux considérations générales sur le Projet de loi de finances (PLF) de la gestion 2020, (lequel projet) est arrêté à 4215,15 milliards F CFA.

L’opposant-député juge cette dette, chiffrée à 870,82 milliards F CFA, « injustifiée », tout en pointant « les mauvaises pratiques fiscales » par rapport à d’autres pays. La réplique n’a pas tardé du côté du camp présidentiel : « Il faut comparer ce qui est comparable. Nous sommes en Afrique pas dans l’Union européenne. »

Dans l’exposé des motifs, Djimo Souaré, le rapporteur général de la commission des Finances et du contrôle budgétaire, a rappelé qu’au titre des perspectives 2020-2022, dont le Projet de loi de finances (PLF) est arrêté à 4215,15 milliards F CFA, l’ambition du gouvernement est de promouvoir une croissance forte et inclusive, qui générerait des emplois et des revenus, et favoriserait un développement solidaire.

A ce titre, indique-t-il, les différentes initiatives lancées au cours de la première phase du Plan Sénégal Emergent (PSE) devraient être renforcées. La phase 2, couvrant la période 2019-2023, est articulée aux Objectifs de développement durable (ODD), et à l’agenda 2063 de l’Union africaine, dans un contexte, au plan international, marqué par des tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis, à incidence sur les droits de douane, le commerce, et les investissements.

Globalement, le taux de croissance du PIB réel est projeté à 6,8% en 2020, contre 6,0% en 2019, soit un gain de 0,8 de pourcentage. Une croissance qui serait tirée par les secteurs : primaire (7,7%), secondaire (5,9%) et tertiaire (6,2%).

Pour maintenir cet élan, l’Etat, bien que continuant à s’appuyer sur la coopération internationale, s’appuiera, d’abord, sur nos ressources internes avec la mise en place d’une stratégie de recettes à moyen terme visant à porter le taux de pression fiscale à 20% en 2020.

Des éléments d’explications sur le Budget-programme : « Il a mis l’accent sur les changements intervenus dans la nomenclature ainsi que les crédits budgétaires qui seront affectés à des politiques publiques clairement définies, découpées en programme. Chaque programme est piloté par un responsable et doté de moyens nécessaires pour pouvoir faire face aux dépenses. Le ministre sera l’ordonnateur des programmes de son département, et la coordination sera assurée par le Secrétaire général. Il sera assisté par un contrôleur de gestion. Le DAGE, en plus de ses missions traditionnelles, va assurer la gestion du service d’ordonnancement de chaque ministère. Quant aux Contrôleurs des opérations financières (COF), ils deviennent Contrôleurs budgétaires ministériels (CBM) ».

Les débats se poursuivent. Abdoulaye Daouda Diallo est interpellé sur l’Eco, la monnaie unique africaine.

Vous pouvez réagir à cet article