image

LES LEADERS DE YAW TIRENT SUR MACKY SALL ET SON RÉGIME

image

La conférence des leaders de Yewwi Askan faisait face à la presse, ce mercredi matin, pour parler de l’audition, demain jeudi, d’Ousmane Sonko, dans l’affaire Adji Sarr. Khalifa Sall, qui était à l’étranger est revenu au pays pour les besoins de cette audition. Un des membres de la conférence des leaders a soutenu que Yaw est une famille. Et lorsqu’un membre est accusé tous les autres sont concernés. C’est la raison pour laquelle, ils invitent le président Macky Sall a œuvré pour la paix en laissant les opposants tranquilles.

« Si Macky avait bien géré ce pays, il n’aurait pas besoin de baillonner des opposants. Mais nous lui disons que ces procédés sont révolues », a dit Cheikh Tidiane Youm du Pur. A l’en croire, la justice est devenue le bras armé d’un régime en déperdition. « Nous avons une justice régime et une justice pour les opposants. Quand vous faites partie du pouvoir vous n’êtes pas inquiété et cela doit cesser dans ce pays », a-t-il aussi dit. De son côté, Khalifa Sall indique que tout le pays est au courant qu’il y a un grand évènement qui se prépare demain. Les Sénégalais ont tous marre de l’injustice qu’il y a dans ce pays. Les cas d’exil, d’emprisonnement et autres violations des libertés individuelles doivent cesser une bonne fois pour toutes », a-t-il dit. Avant de poursuivre : « Nous pensions qu’après 2013 et 2017, aucun leader politique ne devrait plus jamais vivre ces moments-ci. D’autant plus que dans les faits, rien ne justifie cela. C’est la raison pour laquelle les populations se sont mobilisées, certains avec un sentiment de révolte, d’autres avec un sentiment d’inquiétude ».

Pour sa part, Moussa Tine, soupçonne une main de l’Etat dans cette affaire. Par ailleurs, dit-il, le concerné a fait pression pour que ce dossier soit traité. Donc, il sera au tribunal demain. Mais, il sera accompagné par le peuple et par tous les leaders de Yaw. Toutefois, Moussa Tine attend une bonne administration de la justice afin que Sonko soit totalement blanchi. Par ailleurs, Aida Mbodj a lancé un appel aux autorités religieuses qui étaient intervenues en mars 2021.
Par ailleurs, les leaders de Yaw sont tous unanimes à dire non à une troisième candidature du président Macky Sall.

Cheikh Moussa SARR

2 novembre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article