LES MÉDIAS AFRICAINS FACE AUX NOUVEAUX "ÉLÉMENTS PERTURBATEURS"

news-details
FORUM DE BLOOMBERG

S’il y a un sujet qui a suscité intérêt et débat lors de la cérémonie de clôture de la 5e édition du forum annuel Bloomberg Africa Business Media Innovators (ABMI), c’est bien l’installation de médias internationaux en Afrique.
Certains patrons de presse africains se sont montrés réticents face à la présence accrue de ces médias sur le continent.

« Quand des multinationales s’installent en Afrique subsaharienne avec des budgets publicitaires énormes, l’arrivée de médias internationaux constituent une concurrence déloyale face aux médias locaux », déplore Nicolas Pompigne-Mognard, président de l’Organisation de la presse africaine.

Justin B. Smith, Pdg de Bloomberg Media Group souligne pour sa part, que la présence de ces médias ne constitue pas une menace. « Cela montre que l’Afrique suscite l’intérêt du reste du monde au vu des perspectives économiques et démographiques du continent ». Justin B. Smith de rajouter que cela permet aussi de relayer le vécu des Africains partout à travers le monde.

la 5e édition du forum annuel Bloomberg Africa Business Media Innovators (ABMI), lancé le 10 novembre 2019, s’est clôturée ce mardi à Dakar.
Durant deux jours, les acteurs de l’écosystème des médias du continent africain ont discuté des défis du secteur sous le thème de « l’adaptation des médias africains aux nouveaux éléments perturbateurs ».

Des pistes de solutions ont été soumisses pour permettre aux medias africains de lutter contre la prolifération des fakes news et de s’adapter face aux défis du numérique.

Vous pouvez réagir à cet article