image

« LES MENACES QUI PÈSENT SUR ELLE SI… » (ISMAÏLA MADIOR FALL)

image

La 14e législature sera saisie dans les prochains jours d’un projet de loi pour réhabiliter les personnes ayant perdu leurs droits. Cependant, Mme Aminata Touré avait déjà annoncé la couleur. Elle soutient qu’elle va voter contre l’amnistie de Karim Wade. Interrogé sur ce projet de loi et le comportement de Mimi Touré lors de l’émission Jury du Dimanche, Ismaïla Madior Fall, ministre de la Justice, Garde des sceaux a déclaré que : « si Mme Aminata Touré se considère comme non inscrite et qu’elle décide par son comportement, par son attitude, par son discours et par son vote de se dresser contre la majorité, elle ne fait plus partie de la majorité. Autrement dit, si elle cumule un comportement par le discours, par l’attitude, par le positionnement, par le vote comme quelqu’un qui ne fait pas partie de la majorité, elle sera démise de son mandat de député ». Parce que, explique le ministre de la Justice, la Constitution est claire. « Tout député qui démissionne de son parti sera automatiquement déchu de son mandat. Maintenant, ce n’est pas seulement l’acte formel de démissionner mais on peut à partir de son comportement, de son attitude, de son discours montrer qu’on a démissionné. Moi je considère qu’elle est de bonne foi et qu’elle est toujours de la majorité même si elle est non inscrite », a-t-il répondu.

Par ailleurs, le Garde des sceaux n’a pas de crainte sur l’adoption de ce projet de loi par l’Assemblée nationale. « Même si Mme Aminata Touré vote contre cette loi d’amnistie vous savez ce qui est intéressant dans cette nouvelle Assemblée c’est qu’on peut obtenir maintenant une majorité d’idées. C’est qu’il y’a une idée qui part de la majorité ou de l’opposition et qui rallie. C’est-à-dire qui traverse le clivage majorité opposition et qui peut rallier une majorité composée des députés de la majorité ou de l’opposition. Il y’a beaucoup de députés de l’opposition qui approuvent cette loi d’amnistie ou de modification du code électoral pour permettre à des personnes d’obtenir leur droit », a-t-il soutenu. Avant d’enchaîner : « je crois qu’on peut facilement obtenir ce qu’on appelle une majorité d’idées autour de ce projet de loi d’amnistie ».

Cheikh Moussa SARR

9 octobre 2022


------------------------------------

Vous pouvez réagir à cet article